1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus en France : comment le passe sanitaire a permis de contrôler l'épidémie
2 min de lecture

Coronavirus en France : comment le passe sanitaire a permis de contrôler l'épidémie

ÉCLAIRAGE - La France compte désormais moins de 10.000 cas quotidiens et la tendance est aussi à la baisse au niveau des hospitalisations. Les experts estiment que le passe sanitaire a permis de limiter la gravité de la 4e vague.

Un passe sanitaire (illustration).
Un passe sanitaire (illustration).
Crédit : nce
Coronavirus en France : comment le passe sanitaire a permis de contrôler l'épidémie
02:38
Coronavirus en France : comment le passe sanitaire a permis de contrôler l'épidémie
02:38
Sophie Aurenche - édité par Victor Goury-Laffont

C'est confirmé : tous les indicateurs de l'épidémie sont au vert en ce mois de septembre. Le taux d'incidence diminue sans discontinuer depuis un mois maintenant. Une belle courbe verticale à la baisse, avec des diminutions aux alentours de 25% d'une semaine sur l'autre. 

Clairement, le pic de la quatrième vague est très loin derrière nous. Après avoir frôlé les 300 cas pour 100.000 habitants en août, l'incidence s'approche doucement mais sûrement de 100. Une quinzaine de départements sont désormais sous le seuil d'alerte à 50. Ce taux descend même à 31 dans la Somme, mais reste de 364 dans les Bouches-du-Rhône, où la situation est la plus critique. 

Les chiffres baissent aussi à l'hôpital, un peu moins vite, mais la tendance est la même.  Derrière ces bons résultats se cachent une seule réponse, le passe sanitaire. Tous les experts interrogés disent la même chose : c'est lui qui a permis d'endiguer cette quatrième vague. 

La France citée en exemple

Le passe sanitaire, c'est un confinement qui ne dit pas son nom. Seules les personnes vaccinées et testées négatives fréquentent les lieux à risque, là où on enlève désormais le masque. 

À lire aussi

Les transmissions sont donc très limitées, avec moins de 10.000 nouveaux cas par jour désormais. Sans cela, il aurait fallu tout fermer pour casser la dynamique du variant Delta. L'Allemagne, qui n'a pas mis en place de passe sanitaire, n'arrive pas à contrer cette quatrième vague. Au Royaume-Uni, où les restrictions ont été levées le 19 juillet, sans passe et sans masque, les hôpitaux se remplissent à nouveau. 

La France est même citée en exemple dans le monde entier. Les experts français, qui passent beaucoup de temps dans les réunions internationales, racontent que tout le monde leur pose des questions sur ce qui se passe en France. Chacun scrute les courbes de notre pays et prend le meilleur des expériences, et en l'occurrence, le passe sanitaire. 

L'Australie est en train d'abandonner peu à peu le fameux "zéro Covid" pour mettre en place des mesures différenciées pour les vacciner, et le passe sanitaire arrive en Suisse. 

Encore trop tôt pour relâcher les gestes barrières

L'épidémie est-elle derrière nous ? Va-t-on pouvoir vivre avec le virus grâce au passe ? À ce stade, c'est trop tôt pour le dire. Tout va dépendre de ce qui se passe dans les écoles. Ce lundi 13 septembre, dans Le Parisien, le ministre de l'Éducation nationale annonce que 3.000 classes sur 530.000 ont été fermées, soit 0,56%. À Marseille, par exemple, 4% des classes sont fermées. 117 classes du premier degré sont fermées dans les Pays de la Loire. 

C'est donc toute la question : le passe sanitaire si efficace pendant l'été permettra-t-il de contenir un éventuel rebond ? Une éventuelle cinquième vague? Nous ne sommes pas à l'abri, non plus, d'un nouveau variant. En tout cas, il est beaucoup trop tôt pour enlever le masque et relâcher les gestes barrières.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/