1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Vaccination des soignants : le système de santé "ne sera pas déstabilisé", estime un directeur d'ARS
1 min de lecture

Vaccination des soignants : le système de santé "ne sera pas déstabilisé", estime un directeur d'ARS

INVITÉ RTL - Benoît Elleboode, directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine, a confirmé qu'une très grande majorité des soignants avaient été vaccinés, à deux jours de l'entrée en vigueur de l'obligation.

 Un homme reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, le 29 juin 2021, dans un centre de vaccination extérieur mis en place par la Croix-Rouge Française, sur la place de la République à Paris. (Illustration)
Un homme reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, le 29 juin 2021, dans un centre de vaccination extérieur mis en place par la Croix-Rouge Française, sur la place de la République à Paris. (Illustration)
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Vaccination des soignants : le système de santé "ne sera pas déstabilisé", dit un directeur d'ARS
05:17
Vaccination des soignants : le système de santé "ne sera pas déstabilisé", dit un directeur d'ARS
05:17
Yves Calvi - édité par Victor Goury-Laffont

Dans deux jours, le mercredi 15 septembre, l'obligation pour les professionnels de santé d'être vaccinés contre la Covid-19 entrera officiellement en vigueur. Une nouveauté qu'aborde avec sérénité Benoît Elleboode, directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine.
 
"Il y a quelques semaines, j'étais un petit inquiet, concède-t-il, car une minorité de non-vaccinés auraient pu déstabiliser le système de santé. Avec la progression de la vaccination chez les professionnels, je pense qu'il n'y aura pas de déstabilisation."

Sur RTL, Benoît Elleboode a avancé quelques chiffres de vaccination, encourageants à son sens. "Pour les professionnels de santé libéraux, les chiffres sont très clairs, plus de 80% sont vaccinés, a-t-il estimé. Dans les Ehpad, à peu près 90% des personnels sont vaccinés". Le calcul est plus compliqué s'agissant des personnes qui travaillent dans les établissements de santé, "car il y a eu des consignes syndicales de donner son statut vaccinal qu'à la dernière minute", précise-t-il.

Des chiffres d'autant plus réjouissants qu'ils ne prennent pas en compte "les personnes qui ont un certificat de contre-indication ou qui ont été malades il y a moins de deux mois", et qui pourront donc continuer à travailler sans vaccination. Selon Benoît Elleboode, "l'accélération est venue car les personnels ont compris que cette obligation serait pérenne".

Seul motif d'inquiétude : les petites structures, notamment certains Ehpad, avec très peu d'infirmiers en poste. Un dispositif a été mis en place pour leur permettre de faire appel à des professionnels libéraux en cas de besoin.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/