1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : ce que l'on sait des variants BA.4 et BA.5 en nette progression en France
2 min de lecture

Coronavirus : ce que l'on sait des variants BA.4 et BA.5 en nette progression en France

Les cas de Covid-19 recommencent à augmenter depuis quelques jours, en partie à cause des sous-variants BA.4 et BA.5, dérivés d'Omicron.

Un test contre la Covid-19 (Illustration)
Un test contre la Covid-19 (Illustration)
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Théo Putavy

L'épidémie de coronavirus repart à la hausse. Dimanche 5 juin, 20.542 cas positifs ont été détectés en France, contre 16.440 une semaine plus tôt, soit une hausse de 25%. Il pourrait donc s'agir d'une 7e vague de Covid-19. 

Cette hausse est portée par les sous-lignages d'Omicron BA.4 et BA.5. Selon les données de Santé Publique France (SPF), ils représentent déjà près de 20% des cas détectés mais pourraient atteindre "85% en quinze jours", a alerté Catherine Hill, épidémiologiste à l'institut Gustave Roux, sur BFMTV

Découverts en Afrique du Sud en janvier et février derniers, ces sous-lignages d'Omicron - lui aussi découvert par les autorités sud-africaines - ont été responsables d'une vague épidémique dans le pays. Plus récemment, le Portugal a fait face à une 6e vague de Covid-19 portée par BA.5. Ils se transmettent plus facilement que le sous-variant BA.2. Cela leur permet de s’imposer progressivement, notamment à cause de leur capacité à réinfecter des personnes contaminées il y a quelques mois. "Nous avons déjà des cas qui ont été infectés une première fois par le variant Omicron original et à nouveau par cette lignée BA.5", a indiqué la directrice générale de la santé jeudi 19 mai. 

Moins inquiétant que prévu ?

Ces sous-variants sont tous les deux très proches de BA.2 mais comportent plusieurs mutations. La plus préoccupante serait la L452R, portée par BA.4 et BA.5, "décrite comme un des facteurs associés à la transmissibilité de Delta", indiquait SPF début mai. 
Néanmoins, une donnée s'avèrerait pourtant rassurante concernant la progression de ces sous-lignages en France. C'est ce qu'expliquait SPF dans son analyse de risque des variants de mai. En Afrique du Sud et au Portugal, "la vague précédente a été portée par BA.1 et BA.2 a assez peu circulé. Or BA.4 et BA.5 sont génétiquement plus proches de BA.2 que de BA.1, et BA.2 pourrait donc conférer une meilleure protection contre BA.4 et BA.5. L’impact de BA.4 et BA.5 dans des pays qui, comme la France, ont connu une circulation soutenue de BA.2, pourrait donc être très différent de ce qui est observé actuellement en Afrique du Sud et au Portugal". 

À écouter aussi


Même si la hausse des cas se poursuit en France, elle restera tout de même moins importante que les précédentes vagues, comme cela a été le cas en Afrique du Sud lors des dernières semaines. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.