2 min de lecture Réseaux sociaux

Coronavirus : 26% des Français pensent que le Covid-19 a été créé en laboratoire

Dans un contexte de pandémie de coronavirus, les fake news se multiplient, relayant des informations mensongères sur les réseaux sociaux. Les jeunes sont particulièrement touchés par ce phénomène.

micro générique Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
26% des Français pensent que le Covid-19 a été créé en laboratoire Crédit Image : Cindy Ord / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : Jean-Mathieu Pernin | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Florise Vaubien

Une étude Ifop parue, samedi 28 mars, démontre que 26% des Français pensent que le Covid-19 a été créé en laboratoire. D’un côté, il y a comme une défaite. Se dire que ce virus évoqué depuis des mois est perçu comme une arme bactériologique fabriquée en laboratoire par certains, dur à entendre. De l’autre côté, c’est une victoire puisqu’ils sont une large majorité à estimer que le virus est apparu d’une manière naturelle et non sorti tout droit d’un scénariste de série. 

Ce qui est intéressant dans cette étude Ifop commandée par le site Conspiracy Watch, site documentant sur les fakes news et les théories complotistes, c’est cette persistance de la fake news autour d’un évènement. On avait retrouvé le même phénomène au moment des attentats contre Charlie Hebdo et du Bataclan et après l’incendie de Notre-Dame. D’un coup, il y a comme une visibilité et ces théories complotistes qui sortent de leur lit pour inonder, notamment les réseaux sociaux. Comme une défiance envers les médias et les institutions. 

Les jeunes, les plus sensibles

En fait, ça ne change pas trop avec les évènements d’avant. Dans cette étude, les 18-24 ans sont 28% à adhérer à la création d’un virus dans un laboratoire, ce pourcentage tombe à 6% chez les 65 ans et plus. Le niveau de vie compte aussi : plus les revenus sont modestes moins on a eu la possibilité de faire des études et plus on serait perméable au complotisme. 

On retrouve ce profil assez régulièrement dans des infox comme "la vaccination est en fait un 'puçage' généralisé de la population" ou le soi-disant complot du fait des francs-maçons ou de la communauté juive, oui, oui ça existe encore. Tout cela, propagé par une population de moins de 30 ans

À lire aussi
Donald Trump face aux journalistes le 24 avril dernier. élections américaines
États-Unis : Trump accuse Twitter d’interférer dans les élections présidentielles

Côté politique, seuls 32% des électeurs ayant voté pour Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle de 2017 estiment que le coronavirus est apparu de manière naturelle, soit 25 points de moins que la moyenne des sondés (57%). 

Le confinement : un prétexte pour les fake news

Il n’y a pas grand-chose à faire et les réseaux sociaux sont devenus non pas un moyen de communiquer mais une occupation. Selon Kantar, un cabinet d’études basé en Grande Bretagne, l’utilisation des réseaux sociaux dans le monde à augmenter de 61% depuis début mars. 

Un moyen de s’informer pour les plus jeunes qui peut faire des dégâts quand on ne fait pas attention au compte qui les informe. Les fake news, même quand on reste chez soi, ça prospère donc ne relayez pas n’importe quoi et pour finir : non, le coronavirus n’a pas une origine médicale ou scientifique, parfois la réalité peut être plus simple.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Coronavirus Épidémie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants