2 min de lecture Confinement

Confinement : quels sont les dispositifs pour aider les femmes victimes de violences ?

ÉCLAIRAGE - Point d'alerte dans les centres commerciaux ou dans les pharmacies, lignes d'écoute... Les dispositifs du premier confinement pour lutter contre les violences conjugales sont pérennisés.

Dans les locaux du Centre d'appel 3919
Dans les locaux du Centre d'appel 3919 Crédit : Tristan Reynaud/SIPA
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

C'est malheureusement connu, le confinement est un terreau propice aux violences conjugales et intrafamiliales. Selon les chiffres du ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes, au printemps dernier, la police a ainsi enregistré une hausse de 42% des signalement de violences conjugales et a mené 22.000 interventions de plus qu'en temps normal, soit une moyenne de 5 interventions par jour.  

Face à ce risque accru, le gouvernement a décidé de "pérenniser" les dispositifs mis en place lors de la période d'isolement du printemps dernier. Parmi ces outils : les points d'information éphémères dans 40 centres commerciaux et les guichets de signalement dans les 22.000 pharmacies françaises. Pendant les quatre prochaines semaines, toute femme victime de violences pourra de nouveau se rendre en ces lieux pour se renseigner et/ou se faire accompagner.

Pas d'attestation pour les femmes victimes

Plusieurs consignes ont également été données aux forces de l'ordre. Parmi elles : celle de ne pas contrôler les femmes victimes de violences. Ces dernières sont autorisées à se déplacer sans attestation. Il a aussi été rappelé qu'il est impossible de leur refuser un dépôt de plainte. Les tribunaux continueront par ailleurs de prioriser les dossiers relatifs aux violences conjugales et les forces de l'ordre devraient bientôt recevoir des "fiches réflexes", encore à l'étude, détaillant les modalités d'intervention et d'accueil de victimes de violences conjugales.

Comme l'avait annoncé Elisabeth Moreno à LCI le 27 octobre dernier, le partenariat entre Uber et la plateforme du 3919 est renouvelé : l'entreprise de VTC met ainsi à disposition des femmes victimes de violences ayant contacté le numéro d'écoute, 2.000 trajets gratuits pour les aider à fuir. Ce système fonctionnera grâce à des codes de gratuité. "C'est important car quand vous vivez dans une zone rurale, que vous n'avez pas de véhicule ou que la première borne de taxi est à 15kms, c'est extrêmement difficile de partir et de partir vite", expliquait Elisabeth Moreno à LCI. "Il faut accompagner ces femmes qui sont dans un désarroi total et souvent isolées."

Le 3919 toujours opérationnel

À lire aussi
Des randonneurs en raquettes (illustration) ski
4 activités à faire à la montagne cet hiver, sans remontées mécaniques

En difficulté au début du dernier confinement, le 3919 est aujourd'hui pleinement opérationnel, assure à RTL.fr Françoise Brié, présidente de Solidarités Femmes, l'association qui administre la plateforme d'écoute. Pendant le premier confinement le nombre d'appels avait fortement augmenté pour atteindre le nombre 44.000 entre le 16 mars et le 11 mai, avance le ministère.

Au-delà du 3919, d'autres plateformes sont déployées pour répondre aux appels à l'aide des femmes victimes de violences : le numéro 114 auquel il est possible d'envoyer un SMS d'alerte, et le tchat du site internet "Arrêtons les violences". Existe aussi une ligne d'écoute pour les auteurs de violence : ces derniers peuvent contacter le 08 019 019 11. En cas d'urgence, il reste toujours impératif d'appeler le 17.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Violences conjugales Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants