4 min de lecture Violences conjugales

Confinement : que prévoit le gouvernement pour les victimes de violences conjugales ?

Jeudi 26 mars, le ministre de l'Intérieur a notamment annoncé la mise en place d'un nouveau dispositif permettant aux victimes de signaler des faits de violences conjugales en pharmacie.

Des clients font la queue devant une pharmacie à Strasbourg (illustration)
Des clients font la queue devant une pharmacie à Strasbourg (illustration) Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

En pleine période de confinement, les violences conjugales ont augmenté de plus de 30% "en une semaine". C'est le triste constat fait par Christophe Castaner jeudi 26 mars. Pour freiner cette dramatique progression, le ministre de l'Intérieur a annoncé la mise en place d'un nouveau système d'alerte en pharmacie. Une mesure parmi d'autres annoncées par Marlène Schiappa durant le week-end.

Dès le début de la période de confinement, la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes s'était inquiétée d'une recrudescence des violences conjugales. Comme les associations le répètent, une telle progression trouve racine dans le huis-clos qui force la promiscuité entre les victimes et leurs agresseurs

"On sait par exemple qu’au moment où les femmes partent en retraite, les violences augmentent. Elles se retrouvent soudain, au quotidien, dans un face-à-face à la maison avec un conjoint violent, comme actuellement", explique ainsi Annie Guilberteau, directrice générale des centres nationaux sur les droits des femmes et familles à Ouest-France.

Signalements dans les commerces

Pour permettre aux femmes victimes d'appeler à l'aide, Christophe Castaner a expliqué qu'il avait été décidé, avec l'ordre national des pharmaciens, de mettre en place un dispositif au sein des pharmacies pour alerter les forces de l'ordre. Par exemple "dans la pharmacie, au moment où la femme qui peut être battue, se rend sans son mari" pour aller chercher des médicaments, il faut qu'elle "puisse donner l'alerte", a-t-il expliqué.

À lire aussi
L'actrice Sara Forestier people
Violences conjugales : Sara Forestier témoigne et salue "le cercle vertueux" de la libération de la parole

Dans l'hypothèse où son mari serait avec elle, le ministre a évoqué la possibilité que celle-ci utilise un "code", "par exemple : masque 19". L'utilisation d'un code est un système déjà mis en place en Espagne. Des consignes seront données pour que les forces de l'ordre puissent "intervenir en urgence", a-t-il précisé.

Une mesure similaire sera appliquée dans les centres commerciaux, a indiqué Marlène Schiappa samedi 28 mars. "Comme il est plus difficile de se déplacer, nous faisons en sorte que les dispositifs d'accompagnement aillent aux femmes. Je crée des nouveaux points d'accompagnement éphémères en partenariat avec des associations locales, les services de l'État et Unibail-Rodamco-Westfield, gestionnaire de centres commerciaux. Ils mettent des locaux à disposition gratuitement, permettant la confidentialité mais assez vastes pour accueillir les femmes en respectant les mesures barrières", a-t-elle expliqué dans un entretien au Parisien.

Dans un premier temps, ces dispositifs seront mis en oeuvre dans un petit nombre de centres commerciaux : So Ouest à Levallois-Perret, Les 4 Temps à la Défense (Hauts-de-Seine), à Carré Sénart à Lieusaint (Seine-et-Marne), au forum des Halles à Paris, à V2 à Villeneuve-d'Ascq (Nord), et aux Ulis (Essonne). L'objectif est ensuite d'élargir ces points d'accompagnement dans toute la France : "Dijon, Rennes, Lyon… Là où il y a un hypermarché ouvert", résume Marlène Schiappa.

Des moyens supplémentaires

Par ailleurs, la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes a annoncé la création d'un "fonds spécial financé par l'État d'un million d'euros pour aider les associations de terrain à s'adapter à la période". 

Ce fonds spécial permettra selon Marlène Schiappa, de financer "jusqu'à 20.000 nuits d'hôtel pour que les femmes puissent fuir l'homme violence, mais aussi pour écarter immédiatement du domicile des conjoints violents". Car la priorité, rappelle-t-elle, est "l'éviction" de ces derniers. "Des gardes à vue et des condamnations ont d'ailleurs déjà été prononcées depuis le début du confinement", ajoute-t-elle. Un total de 1.000 places d'hébergements d'urgence devraient aussi être ouvertes pour accueillir les femmes victimes.

Le 3919, de retour en ligne

Après avoir été injoignable pendant quelques jours, le numéro du 3919 est à nouveau disponible. Les horaires d'appel ont cependant été modifiés pour l'adapter au télétravail des écoutantes : le service d'ordinaire accessible du lundi au vendredi de 9h à 22h et de 9h à 18h le week-end et jours fériés, n'est aujourd'hui joignable que du lundi au samedi de 9h à 19h.

Le gouvernement prévoit par ailleurs de lancer une campagne pour "faire connaître la plateforme arretonslesviolences.gouv.fr ouverte 24 sur 24, 7 jours sur 7 où les femmes peuvent dialoguer par tchat avec un policier ou un gendarme formé, préparer une plainte". En cas d'urgence, il faut toujours appeler le 17.

Un SMS au 114

Les victimes des violences intrafamiliales en temps de confinement vont avoir dorénavant la possibilité de donner l'alerte via un SMS adressé au 114. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a indiqué : "Nous mettrons en place à partir de demain, la possibilité de donner l'alerte par simple texto pour qu'ensuite les forces de sécurité intérieure interviennent". 

Le SMS devra être adressé au "114". Les opérateurs derrière ce SMS d'urgence préviendront ensuite les forces de l'ordre en leur transmettant les coordonnées de la victime. "C'est un dispositif qui est au départ porté par le CHU de Grenoble, et est dédié aux personnes sourdes et malentendantes, en permettant une communication par SMS", a expliqué auprès de l'AFP Christophe Castaner.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Confinement Coronavirus
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants