1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Confinement : les appels au 119 en hausse de presque 90%
1 min de lecture

Confinement : les appels au 119 en hausse de presque 90%

VU DANS LA PRESSE - Les voisins sont de plus en plus nombreux à signaler des violences contre les enfants, via le numéro dédié.

Pour limiter la propagation du Covid-19, les visites familiales ont été suspendues dans les structures d'accueil de la protection de l'enfance.
Pour limiter la propagation du Covid-19, les visites familiales ont été suspendues dans les structures d'accueil de la protection de l'enfance.
Crédit : Photo d'illustration
Camille Sarazin

Les violences intra-familiales sont préoccupantes pendant cette période de confinement. Les violences conjugales ont augmenté d'au moins 30% sur tout le territoire français, d'après la police. Les enfants ne sont pas épargnés. 

Le 119, le numéro d'écoute enfance en danger, a vu les signalements exploser dernièrement. En comparant la semaine du 13 au 19 avril de cette année à celle de l'année dernière, le gouvernement a constaté une hausse des appels alarmante, explique le Le HuffPost. 

“C’est une augmentation de 89% des appels par rapport à la même semaine l’année dernière”, a révélé le secrétaire d’État en charge de la protection de l’enfance sur BFMTV le 20 avril. “Cela traduit évidemment une augmentation des violences faites aux enfants, car le confinement est un environnement propice à ces violences” mais cette hausse s’explique aussi par “une augmentation de notre propre vigilance”, a expliqué Adrien Taquet.

Les voisins plus vigilants

Selon le ministère de la Santé, on constate une hausse de 80% des appels qui émanent de voisins. Les amis des enfants en danger utilisent plus le numéro également : cette fois, la hausse des appels est de 58%. Ils peuvent être directement avertis par leur camarade, via les réseaux sociaux notamment.

À lire aussi

Le secrétariat d'État a lancé le 30 mars dernier une grande campagne de sensibilisation, notamment pour faire connaître le 119. Visiblement, elle a porté ses fruits. “On observe un pic d’appel juste après la diffusion de ces clips sur les réseaux sociaux ou sur les antennes radio et télévisées”, se félicite un proche du ministère.

Mais si alerter est primordial, cela ne suffit pas. Selon Le Huff Post, le secrétaire d’État a fait un courrier aux départements pour leur demander d’″adapter leurs cellules de recueils de ces informations pour les traiter et lancer sans attendre des enquêtes sociales”.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/