1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Changement d'heure : pourquoi garde-t-on l'heure d'hiver ?
2 min de lecture

Changement d'heure : pourquoi garde-t-on l'heure d'hiver ?

Sur les rails depuis 2018, le projet de suppression du changement d'heure dans l'Union Européenne est aujourd'hui au point mort. Pourquoi passera-t-on de nouveau à l'heure d'hiver ce dimanche 30 octobre, à 3 heures du matin ?

Le changement d'heure a lieu depuis 1976 en France (Illustration).
Le changement d'heure a lieu depuis 1976 en France (Illustration).
Crédit : AFP
Joanna Wadel

Les bonnes habitudes ont la vie dure. Dans la nuit de samedi 29 au dimanche 30 octobre, dès 3 heures du matin, nous passerons de nouveau à l'heure d'hiver. Comme chaque année, il faudra donc actualiser tous les appareils ne disposant pas d'une mise à jour automatique (fours, montres, pendules), en ôtant une heure - à 3 heures, il sera donc 2 heures

Une tradition saisonnière que l'on doit au décret du 19 septembre 1975, qui avait instauré une heure d'été en France métropolitaine, afin de faire des économies d'énergie. Auparavant, le changement d'heure existait déjà. L'Allemagne et le Royaume-Uni l'avaient adopté dès 1916, pour préserver les ressources d'alors, telles que le charbon. La pratique s'est étendue aux pays de l'Union Européenne dans les années 1980. 

Une mesure qui aujourd'hui ne fait plus l'unanimité. Décrié pour son effet néfaste sur l'horloge biologique, et son impact relatif sur les économies qu'il permet de réaliser, le changement d'heure était sur la sellette depuis 2018. Après plusieurs consultations publiques sur la question, la Commission européenne prévoyait de le supprimer en 2021 via un projet de directive adopté en mars 2019.

Où en est-on aujourd'hui ?

Les nombreux - 84% de personnes sur 4.6 millions de sondés - partisans de cette suppression, impatients de ne plus se référer au calendrier, vont devoir se faire une raison. Car l'arrêt du changement d'heure n'est pas près d'arriver. En cause, la pandémie de Covid-19. La crise sanitaire due à la propagation fulgurante du virus en 2020 aura empêché les pays de l'Union Européenne de convenir d'une heure commune à adopter. 

À lire aussi

La député EELV Karima Delli, à l'origine de la mesure, faisait un point sur la situation en mars 2021 : "Faute d’une réelle reprise des travaux, on peut dire que le dossier est pour le moment abandonné de fait, ou du moins gelé", avait-elle déploré auprès de Sud Ouest. Et cette dernière d'ajouter : "Eu égard aux délais, même si les travaux devaient reprendre cette année, il serait extrêmement difficile d’envisager une fin du changement d’heure pour 2022 ou 2023." Un dossier qui, pour l'heure, reste en suspens. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire