1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Cancer du sein : pourquoi les femmes françaises ne peuvent se procurer le Trodelvy
3 min de lecture

Cancer du sein : pourquoi les femmes françaises ne peuvent se procurer le Trodelvy

Cette histoire, cruelle, doit nous permettre de réaliser qu'en France, on s'est habitué à ce que la santé ne nous coûte rien directement.

Le ruban rose, symbole de la sensibilisation au cancer du sein.
Le ruban rose, symbole de la sensibilisation au cancer du sein.
Crédit : Unsplash/Angiola Harry
Cancer du sein : pourquoi les femmes françaises ne peuvent se procurer le Trodelvy
03:52
Cancer du sein : pourquoi les femmes françaises ne peuvent se procurer le Trodelvy
03:52
Martial You

Le Trodelvy est un miracle. Ce médicament permet de traiter le cancer du sein Triple Métastatique, le plus invasif et le plus difficile à soigner. C'est une association entre une chimiothérapie et un anticorps qui permet de réduire la tumeur une fois sur trois mais qui permet aussi et surtout de stopper l'évolution de la maladie, c'est-à-dire donner des mois de vie supplémentaire. 

Car, bien souvent, les femmes qui souffrent de ce cancer triple négatif ne répondent plus à aucun protocole. Cela concerne 15 à 20% des cancers du sein, 11.000 femmes par an. Mais les femmes n'y ont pas accès en France. C'est un petit laboratoire américain qui a mis au point ce médicament. Il a fait l'objet de parutions scientifiques et il a été autorisé en France pendant quelques mois. Vous imaginez l'espoir pour toutes ces femmes. 

Autorisé jusqu'à ce qu'on s'aperçoive que le laboratoire ne pouvait pas fournir toute la demande mondiale. Le laboratoire a donc donné la priorité aux malades américaines et à quelques pays européens mais a stoppé ses envois pour la France. Il faut dire que ce médicament est aussi un miracle économique puisque le traitement vaut environ 100.000 euros.

Un impact économique pour la France ?

Disons que cette histoire, cruelle, doit nous permettre de réaliser qu'en France, on s'est habitué à ce que la santé ne nous coûte rien directement. C'est vrai avec la Covid-19 où on peut se faire dépister ou vacciner sans verser un centime. 

À lire aussi

Un tel traitement contre le cancer est difficile à faire prendre en charge par la Sécurité Sociale pour le moment. Il y a d'autres pays où on connait le coût de la santé car ce sont les patients qui règlent. Aux États-Unis ou en  Allemagne. Mais le cœur du problème, c'est qu'on voit une nouvelle fois à quel point nous sommes dépendants en Europe des autres zones du monde au niveau médical.

Je rappelle les ordres de grandeur. 80% des principes actifs des médicaments viennent de Chine et d'Inde alors que c'était 20%, il y a 30 ans. Les autorités américaines ont mis 9 milliards de dollars pour trouver le vaccin contre la Covid-19 quand nous investissons 9 milliards d'euros par an en Europe pour toutes les startups de BioTechs chaque année.

On le voit avec le Trodelvy, il faut des capacités de production en Europe mais aussi des compétences techniques pour bénéficier des découvertes scientifiques qui vont s'accélérer dans les prochaines années grâce à l'appel d'air (en terme d'investissements) qu'a représenté la recherche contre le Covid.

Le gouvernement français va-t-il faire quelque chose pour ces femmes ?

De nombreux courriers de femmes qui demandent quelques mois d'espoirs en plus avec ce médicaments ont été envoyés à l'Élysée et à Olivier Véran, ces dernières semaines. Espérons qu'il y aura une réponse pour ces femmes, car sinon on bascule dans une concurrence entre les pays et dans une course contre la montre où seuls les plus riches survivent et ce n'est pas ce qu'on a envie de voir après des mois où la maladie a fait partie du quotidien de chacun.

Le Plus : le Livret A

Les Français continuent à épargner : 15 milliards de plus le début de l'année. Confinement et restrictions oblige, on a continué à mettre de l'argent de côté sur nos livrets.

La Note : 18/20 à la FDJ

C'est le jackpot pour les actionnaires qui ont acheté des titres Française des Jeux en Novembre 2019 lors de son introduction. L'État va attribuer 2,5 à 3 millions d'actions gratuites aux actionnaires particuliers historiques. Le titre a déjà pris +124% depuis son introduction.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/