1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Beauvau de la sécurité" : "Nous attendons la transparence", déclare le syndicat Alliance
2 min de lecture

"Beauvau de la sécurité" : "Nous attendons la transparence", déclare le syndicat Alliance

INVITÉE RTL - Stanislas Gaudon, délégué général du syndicat Alliance, a rappelé que la tenue du "Beauvau de la sécurité" doit se faire en toute "transparence" et permettre de souligner les problématiques du métier de policier.

Des policiers du syndicat de police Alliance manifestent le 22 juin 2020 à Bobigny (Seine-Saint-Denis).
Des policiers du syndicat de police Alliance manifestent le 22 juin 2020 à Bobigny (Seine-Saint-Denis).
Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
"Beauvau de la sécurité" : "Nous attendons la transparence", déclare le syndicat Alliance
08:59
"Beauvau de la sécurité" : "Nous attendons la transparence", déclare le syndicat Alliance
08:59
Stéphane Carpentier & Florise Vaubien

Le 8 décembre, Emmanuel Macron a annoncé l'organisation d'un "Beauvau de la sécurité" en janvier. Objectif : "améliorer les conditions d’exercice" des forces de l'ordre et "consolider" leurs liens avec la population. Le délégué général du syndicat Alliance a rappelé l'importance de la transparence dans ce projet. "On attend des réponses concrètes", a-t-il dit ce vendredi 18 décembre. D'après Stanislas Gaudon, ce nouveau dispositif doit "mettre en lumière" les nombreuses problématiques du métier. 

"On demande la transparence", a lancé le syndicaliste au micro de RTL. "Les policiers prennent des risques de se faire tuer", pourtant "vous retrouvez toujours les mêmes" délinquants "sur le terrain'', a-t-il déploré faisant référence à plusieurs séries de violences envers les forces de l'ordre. "Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas !". "C'est pour cela que nous demandons la transparence" de la part de cet observatoire

Le délégué général du syndicat Alliance espère que ce grand débat sur la politique sécuritaire en France mettra "en lumière" les condamnations des personnes "qui outragent et agressent les policiers". "L'outrage, c’est un an de prison dans le code pénal mais si vous me trouvez quelqu'un" qui a reçu une telle condamnation, "vous avez gagné le jackpot". 

Les propos de Macron sont "insupportables"

Stanislas Gaudon a exprimé ainsi un raz-le-bol palpable chez la police française, déjà stimulée par les propos du président Emmanuel Macron. Le chef de l'État avait reconnu qu'il existait "des violences par des policiers"lors d'un entretien avec le média en ligne Brut, le 4 décembre dernier, et jugé "insoutenable" que les contrôles policiers ciblent davantage les jeunes dont la peau "n'est pas blanche". 

À lire aussi

Les dernières manifestations de policiers traduisent une véritable "colère", a rapporté le syndicaliste. Car ces propos sont "insupportables" pour "les policiers qui ne choisissent pas leur délinquance le matin" lorsqu'ils vont "revêtir leur uniforme" et "parfois aller au feu", a-t-il regretté. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/