1 min de lecture Ministère de l'Intérieur

Attaque à la préfecture : 19 fonctionnaires de l'Intérieur radicalisés suivis

VU DANS LA PRESSE - 19 fonctionnaires du ministère de l'Intérieur, policiers et agents administratifs, sont surveillés par le groupe de suivi de la radicalisation dans la police nationale, créé par l'IGPN.

Quatre fonctionnaires ont été tués au couteau à la préfecture de police le 3 octobre 2019
Quatre fonctionnaires ont été tués au couteau à la préfecture de police le 3 octobre 2019 Crédit : Martin BUREAU / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Jeudi 3 octobre, un employé administratif de la Préfecture de police de Paris a tué quatre de ses collègues à l'arme blanche, avant d'être abattu par les forces de l'ordre. Alors que Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, devra s'expliquer ce mardi 8 octobre à l'Assemblée nationale sur cette affaire, 19 fonctionnaires de son ministère, policiers et agents administratifs, sont actuellement surveillés par le groupe de suivi de la radicalisation dans la police nationale, créé au sein de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) selon Le Parisien

Aucun fonctionnaire du renseignement n'est actuellement concerné, même si cela a déjà pu se produire dans le passé, explique le journal. Jusqu'à une trentaine d'agents ont été surveillés en même temps depuis 2015, date de création de l'instance. Six fonctionnaires ont déjà été révoqués, quatre ont démissionné et d'autres ont été écartés. 

Quelques fonctionnaires ont perdu leur habilitation secret-défense du fait de soupçons sur leur relation avec des individus radicalisés. Les signaux invoqués sont multiples : consultations indues de fichiers de police, comportements sectaires, changement d'apparence, propos prosélytes ou relations intimes avec des islamistes, etc. 

Le Parisien donne l'exemple de Matunde N., dont le prénom a été changé. Il a consulté le fichier des personnes poursuivies pour terrorisme et a été révoqué en 2018. Ancien gardien de la paix au Kremlin-Bicêtre, il avait aussi tenu des propos déplacés après la mort de deux policiers à Magnanville, tué par un terroriste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ministère de l'Intérieur Police Islamisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants