2 min de lecture MeToo

Adèle Haenel : pourquoi l'actrice porte finalement plainte contre Christophe Ruggia

L'actrice Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia "d'attouchements" et de harcèlement sexuel lorsqu'elle était mineure. Après avoir refusé de saisir la justice, elle porte plainte mardi 26 novembre.

L'actrice Adèle Haenel au Festival du film francophone à Angoulême (Charente) le 22 août 2019.
L'actrice Adèle Haenel au Festival du film francophone à Angoulême (Charente) le 22 août 2019. Crédit : Yohan BONNET / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Elle dit ne pas vouloir "se dérober". Après avoir refusé d'avoir recours à la justice contre Christophe Ruggia qu'elle accuse "d'attouchements" et de harcèlement sexuel, Adèle Haenel a finalement changé d'avis mardi 26 novembre. Ce jour, ses avocats ont annoncé que l'actrice portait plainte contre le réalisateur dans le cadre de l'enquête ouverte par le parquet de Paris pour "agressions sexuelles" sur mineure et "harcèlement sexuel".

Au début du mois, l'actrice multi-césarisée avait témoigné auprès de Mediapart de faits d'agressions et de harcèlement sexuels portés à son encontre par le réalisateur français Christophe Ruggia, alors qu'elle était enfant et tournait dans son film Les Diables (2002). Des faits corroborés par des dizaines de témoins interrogés par le site d'information. De son côté, Christophe Ruggia nie toujours les faits qui lui sont reprochés.

Au moment de la publication de l'enquête, Adèle Haenel insistait : pas question de saisir la justice. Pour se justifier, l'actrice évoquait les "dysfonctionnements" qui mènent à très peu de condamnations pour viol. "La justice nous ignore, on ignore la justice", résumait-elle auprès de Mediapart. Le parquet de Paris s'était alors lui-même saisi de l'affaire en ouvrant une enquête pour "agressions sexuelles sur mineure de 15 ans par personne ayant autorité" et "harcèlement sexuel".

Je souhaite faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aller au bout du processus judiciaire

Adèle Haenel
Partager la citation

Face à cette prise de responsabilité, Adèle Haenel admet un progrès. "La justice a fait un pas, j’en fais un", explique-t-elle de nouveau dans Mediapart. "Je souhaite faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aller au bout du processus judiciaire. Ce que j’attends maintenant, à titre personnel, de la part de la justice, c’est un accompagnement et une réparation".

À lire aussi
Harvey Weinstein, le 26 avril 2019 MeToo
Weinstein condamné : une première victoire majeure pour #Metoo

Par ailleurs, l'actrice, à l'affiche de Portrait de la Jeune fille en feu, considère qu'il est de sa "responsabilité de justiciable comme de personnalité publique d’y prendre part, au regard de la gravité des faits dénoncés et des conséquences pour chacun", ont complété ses avocats. 

Adèle Haenel évoque aussi la réaction de Christophe Ruggia, qui reconnaît une "emprise" mais nie "toute espèce d'attouchement". "Pour moi, ses dénégations sont insupportables et elles renforcent encore le sentiment d’impunité dans lequel il vit".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
MeToo Agression sexuelle Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants