2 min de lecture Manifestations

17 novembre : plusieurs organisateurs de manifestations jettent l'éponge

À Tarbes ou encore à Dinan, les "gilets jaunes" à l'initiative des blocages prévus le 17 novembre ont annoncé leur retrait du mouvement, par crainte de poursuites.

Les prix des différents carburants dans une station-service (illustration).
Les prix des différents carburants dans une station-service (illustration). Crédit : ALLILI MOURAD/SIPA
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

Le mouvement des "gilets jaunes" a-t-il du plomb dans l'aile ? Ces derniers avaient annoncé il y a plusieurs semaines des blocages sur tout le territoire samedi 17 novembre, pour protester contre la hausse des carburants et plus généralement dénoncer la baisse de leur pouvoir d'achat. Mais depuis quelques heures ce jeudi 15 novembre, les défections en provenance des organisateurs des différentes manifestations s'enchaînent. 

À Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, les organisatrices du mouvement des "gilets jaunes" ont retiré la demande d'autorisation de la manifestation qu'elles avaient déposée en préfecture. "Nous avons procédé à notre retrait d'engagement auprès de la préfecture, ainsi que des services de police", ont-elles écrit mercredi sur la page Facebook dédiée à la manifestation, après une réunion avec les renseignements territoriaux, les renseignements généraux, le directeur de la sécurité publique et le chef de la police de la ville. 

À partir de demain, nous ne sommes plus responsables de rien

Les organisatrices de la manifestation de Tarbes
Partager la citation

"Nous ne voulons prendre aucun risque. À partir de demain, nous ne sommes plus responsables de rien. Donc le 17, chacun fait ce qui lui plaît", ont ajouté les trois organisatrices, craignant de lourdes peines d'emprisonnement ou de dédommagement du manque à gagner en cas de débordements. Elles assurent avoir aussi "subi des pressions" de certains internautes estimant qu'elles n'allaient pas assez loin.  

Nous ne voulions pas mettre les gens dans l’illégalité

Une des organisatrices du mouvement à Dinan
Partager la citation

Du côté de Dinan (Côtes-d'Armor), les organisateurs du mouvement de blocage visant à "paralyser la ville" ont également annulé leur action, rapporte le site d'actualité locale Le Petit Bleu. "Nous n'avons pas eu les autorisations des mairies", ont-ils expliqué, alors que la mairie de Dinan affirme n'avoir reçu aucune demande. "Nous avons organisé une réunion en urgence et avons décidé de tout annuler", explique l'une des organisatrices à nos confrères, ajoutant : "Nous ne voulions pas mettre les gens dans l’illégalité". Le groupe Facebook consacré à l'événement a depuis été supprimé. 

À la place des blocages, une distribution de tracts

À lire aussi
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le 30 juillet 2019 à Paris politique
Christophe Castaner veut le retrait "immédiat" de la grenade lacrymogène GLI-F4

Même chose à Montbrison (Loire), où les trois personnes à la tête du mouvement de contestation ont décidé de se mettre en retrait, comme le révèle Le Progrès. Pour expliquer leur décision, elles évoquent "une intention manifeste de (les) empêcher d'organiser la manifestation" qu'ils projetaient pour le 17 novembre. Selon le quotidien local, le blocage devrait donc se transformer en une simple distribution de tracts. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Carburants Essence
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants