2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "Il n'y aura pas de souffrance sociale", promet le président de Renault

INVITÉ RTL - Jean-Dominique Senard, président et directeur général de Renault, a déclaré sur RTL que les salariés de son entreprise ne souffriront pas de la crise.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Coronavirus : "Il n'y aura pas de souffrance sociale", promet le président de Renault sur RTL Crédit Image : Behrouz MEHRI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch édité par Esther Serrajordia

Face à la crise sanitaire et économique actuelle, le président de Renault a décidé que les dividendes de 2019 ne serait pas versés aux actionnaires, et a diminué son salaire de 25%. Invité sur RTL, il explique que c'est une "décision de bon sens dans la situation actuelle" et un "symbole de solidarité". 

Jean-Dominique Senard a expliqué appréhender la crise avec "beaucoup de sérénité, beaucoup de sérieux et beaucoup de force". S'il n'exclut pas une aide de l'état, notamment au redémarrage, par exemple sous forme de prêts qui "pourrait" s'élever de 4 à 5 milliards d'euros, il affirme ne pas être dans une perspective de nationalisation de Renault, même temporaire. 

À la sortie du confinement, Jean-Dominique Senard a garanti à ses équipes un plan sanitaire, et espère que ces dernières pourront reprendre le travail dans les usines. Le président a déclaré que ses équipes pourront travailler plus longtemps (...) "mais sur une période très limitée". "Nous avons fait un accord qui est très solidaire, qui protège nos équipes contre une dégradation de leur salaire et permette une forme de flexibilité à venir, chacun a fait un effort et je suis ravi", a-t-il affirmé. 

Notre capitalisme va évoluer

Jean-Dominique Senard, directeur de Renault
Partager la citation

Jean-Dominique Senard a affirmé que des licenciements ou des fermetures d'usine n'étaient pas à l'ordre du jour, même s'il était "clair" qu'il fallait penser à l'avenir qui "serait un avenir très compétitif". "Si des décisions de cette ordre devait arriver, il n'y aurait en tout cas aucune souffrance sociale", a-t-il affirmé

À lire aussi
Emmanuel Macron, président de la République, le 18 mai 2020 présidentielles
Raoult, Zemmour, Bigard, de Villiers... Les étonnants contacts d'Emmanuel Macron

Enfin, le président de Renault plaidé pour un nouveau capitalisme, "plus responsable et plus humain". "J'avais déjà écrit un rapport dans lequel je disais que l'entreprise devait faire attention à ses profits mais aussi considérer les impacts environnementaux et sociaux de son activité. Aujourd'hui, tout le monde est dans cette direction et je m'en félicite", a-t-il déclaré, "notre capitalisme va évoluer, il faudra de la bienveillance, rien ne sera tout à fait pareil". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Renault Salariés
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants