2 min de lecture Cuisine

Bouillons Kub : quand le cube doré passait pour un espion allemand

Durant la Grande Guerre, le bouillon Kub, avec son nom à consonance germanique, passait pour un produit allemand. Au point d'alimenter les rumeurs les plus folles sur la marque.

Micro RTL générique Il était une marque Anaïs Bouissou
>
Bouillons Kub : quand le cube doré passait pour un espion allemand Crédit Image : Pixellia / Pixabay | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Paul Turban

En cet été 1914, la situation internationale parait très lointaine et la déclaration de guerre surprend la population. Les moissons sont soit finies, soit en train de se terminer. La France se passionne plutôt pour l’assassinat du patron du Figaro, Gaston Calmette, et la guerre n’est pas attendue de cette façon par la population.

Au moment de mobiliser, c’est brutalement une bouffée de nationalisme qui souffle sur la France. Gilles Ferragu, maître de conférences en histoire contemporaine explique que "petit à petit on va animaliser l’ennemi. On lui prête notamment des poux à tête de fer, avec des rumeurs plus ou moins surréalistes pour justifier la violence contre l’adversaire".

Au milieu de toutes ces rumeurs, la marque de bouillon Kub est visée. Peu importe que Kub soit d’origine suisse ou que les bouillons soient installés en France depuis plus de 20 ans. En un rien de temps Kub passe non seulement pour une marque allemande, mais en plus, pour un espion.

Pour Manon Pignot, spécialiste de la Première Guerre mondiale, les plus folles rumeurs circulaient. On dit à l’époque, que "les panneaux publicitaires servaient de relais aux espions allemands infiltrés sur le territoire français. Cela parait complètement tiré par les cheveux mais ça fait partie de ces rumeurs qui ont fleurit".

Des destructions de magasins Maggi

À lire aussi
Pour cette recette, les framboises ont été sélectionnées en amont : un petit "casting" de 12 framboises bien dodues cuisiner sans gluten
Sans gluten : la recette facile des financiers framboise-pistache

La rumeur se propage vite puisque les publicités Kub sont nombreuses et visibles, dans des endroits grand public. À l’époque, les campagnes d’affichages sont déployées dans les rues, à l’entrée des villes, dans le métro, c’est-à-dire des endroits qui paraissent stratégiques. La rumeur propage l’idée que ce sont des repères d’espions pour l’ennemi allemand.

Les petits bouillons Kub sont vendus dans des sortes d’épiceries tenues par la maison Maggi. Les magasins en subissent immédiatement les conséquences. On assiste à une vague de destruction par la population. Les pilleurs en colère sortent ce qui est à l’intérieur des boutiques, certaines photos de l’époque montrent même des enfant en train de démonter des cadres de fenêtre.

À la fin de la Grande Guerre, l’image d’une marque ennemie s’est estompée. Kub en profite pour communiquer sur les besoins alimentaires. Les bouillons Kub sont un moyen peu coûteux de trouver de la nourriture à moindre frais. On parfume l’eau, le potage avec les petits cubes et l’image négative s’oublie. Aujourd’hui, tous les ans, plus de 7 milliards et demi de bouillons sont vendus dans le monde.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cuisine Société Première guerre mondiale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants