2 min de lecture Consommation

Black Friday : François Lenglet "choqué" par les appels au boycott

ÉDITO - Le journaliste ne comprend pas le mouvement anti Black Friday, car la consommation est le principal moteur de la croissance.

Francois Lenglet Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Black Friday : Lenglet "choqué" par les appels au boycott Crédit Image : Kamil Krzaczynski / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Florian Soenen

Quel déluge de déclarations indignées devant cette gigantesque opération commerciale planétaire, désormais vue comme une source de gaspillage et de pollution inutile à cause de la surconsommation... De la part de députés, comme l'indépendante Delphine Batho, ex-ministre de l'Environnement, qui a déposé un amendement à l'Assemblée nationale pour interdire la publicité durant le Black Friday. De la part de ministre comme Élisabeth Borne, décidément très farce, qui nous dit, je cite : "On ne peut pas à la fois baisser les émissions de gaz à effet de serre et appeler à une frénésie de consommation".


Ce mouvement me choque. D'accord, les restrictions à la publicité mensongère contenues dans l'amendement Batho sont bienvenues, pour protéger le consommateur contre des pratiques répréhensibles. Mais sur le fond, ça n'est pas aux politiques de décider du bon niveau de consommation. Qu'ils renforcent l'information du citoyen sur l'impact environnemental d'une livraison ou de la fabrication de tel ou tel produit, soit. Ils sont dans leur rôle. Qu'ils s'arrêtent là. Surtout après avoir fait de la hausse du "pouvoir d'achat" le but de leur politique économique. Pardon, mais à quoi sert le pouvoir d'achat si on ne fait pas d'achats ? 

J'ajoute qu'on a vu tout récemment le gouvernement se lancer dans une gigantesque promotion de la privatisation de la Française des JeuxC'est plus moral d'inciter les Français à acheter des titres d'une entreprise dont les produits ruinent bien souvent les plus pauvres, qui conduisent parfois à une addiction désastreuse ? Plus moral, alors qu'acheter en ligne ses cadeaux pour Noël serait un écocide, comme on dit maintenant, un crime contre la planète ?

La consommation, moteur de la croissance

Oui, 500 marques ont lancé un boycott au Black Friday. Les bras m'en tombent, comme dirait George Tronc... Des entreprises commerciales qui enjoignent à leurs clients de ne pas acheter leurs produits, c'est la meilleure. Que ces entreprises fassent déjà le ménage chez elles, en éliminant les sources de pollution,en supprimant les délocalisations qui occasionnent des transports d'un bout à l'autre de la planète, ce serait très bien. Pourquoi pas supprimer Noël ? Après tout, on pourrait aussi ne plus manger de que des pommes de terre et s'habiller avec des sacs de toile. Je ne vous dis pas l'état de l'économie alors...
 
Le moteur principal de la croissance c'est la consommation, et de très loin, devant l'investissement de l'État et celui des entreprises. C'est un peu plus de la moitié du PIB, c'est à dire de l'économie française. C'est aussi, indirectement, la première ressource de l'état, avec la TVA, cet impôt qui frappe la quasi totalité des biens que nous achetons. En France, la consommation d'un ménage est supérieure de 7% à celle de la moyenne européenne. Et c'est surtout en matière de santé et d'éducation et de logement que nous consommons plus que les autres. En revanche, nous sommes à la traîne pour les hôtels et restaurant, ainsi que pour les vêtements et les chaussures, où nos achats sont inférieurs de 23% à la moyenne de l'Europe. Enfin... c'était avant le Black Friday.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation François Lenglet Black Friday
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants