2 min de lecture Réforme des retraites

Réforme des retraites : le gouvernement dans le flou

ÉDITO - Les récentes déclarations d'Édouard Philippe sur la réforme des retraites ont laissé sous-entendre que le gouvernement était prêt à revoir sa copie, mais n'ont apporté aucune réponse concrète.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Réforme des retraites : le gouvernement dans le flou Crédit Image : Alain JOCARD / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Noé Blouin

Édouard Philippe, s'est exprimé, mercredi 27 novembre, sur le sujet brûlant de la réforme des retraites. À l'écoute du Premier ministre, on a compris une intention, mais qui n'était guère précise. Il faut en fait attendre le 9 ou le 10 décembre prochain, au moment où Jean-Paul Delevoye, responsable du dossier au gouvernement, reprendra la parole lui aussi pour présenter les options retenues par l'État.


Ce cirque de concertations, de déclarations successives et contradictoires dure maintenant depuis dix-huit mois, et il n'est pas terminé. La date annoncée est d'ailleurs assez singulière, car il est possible que nous soyons encore en pleine grève des transports publics.
 
Si je résume les dernières déclarations d'Édouard Philippe, la réforme va se faire, mais on va prendre des gants. Un message soigneusement calibré, non pas pour donner des infos, mais pour indiquer que la viande est maintenant plus tendre. En clair, le gouvernement est prêt à des concessions.

Différents édulcorants

La question clé de la réforme n'est pas quoi, mais quand. Et c'est là qu'on va lâcher du lest. Dans le projet initial, la réforme s'appliquait à partir de la génération née en 1963. Implicitement, le Premier ministre a reconnu que changer les règles pour ceux qui n'étaient qu'à 5 ans de leur retraite n'était pas souhaitable. En particulier pour les mères de famille, dont certaines seront pénalisées par le nouveau système, les mères de famille nombreuse par exemple.

En toute logique, cela veut dire qu'on décalerait le déclenchement de la réforme à la génération née cinq ans plus tard que prévu, voire dix ans plus tard. Et qu'on aménagerait des transitions spécifiques pour chacun des régimes spéciaux ou autonomes. De quoi désarmer une bonne partie des opposants. À quoi s'ajoutent, nous dit le Premier ministre, différents édulcorants : extension de la pénibilité à la fonction publique, garantie pour les carrières des enseignants... La pompe à milliards va se mettre en marche.

Les Français travailleront-ils plus longtemps ?

À lire aussi
Philippe Martinez coronavirus
Les infos de 7h30 - Suspension de la réforme des retraites : "C'était le minimum", pour Martinez

Au départ, il n'était pas question de travailler plus longtemps. Puis le projet Delevoye a mentionné la mise en place d'un âge pivot à 64 ans. Lequel a été tué par le président Macron lui-même, qui a parlé d'augmenter plutôt la durée de cotisation. En réalité, pour paraphraser un humoriste, travailler plus longtemps, le gouvernement n'est ni pour, ni contre, bien au contraire.

C'est pourtant le seul sujet important qui touche aux retraites, qui découle d'un phénomène puissant et inexorable : le ratio entre les cotisants et les pensionnés ne cesse de se détériorer, à cause du vieillissement de la population. Le comble, ce serait que l'usine à gaz péniblement élaborée par le gouvernement en plusieurs années de tractations laborieuses et de grèves ne traite pas le seul problème qui se pose vraiment, l'allongement nécessaire de la carrière.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Gouvernement Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants