1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Vaccin : l’Autriche dénonce "des contrats" secrets entre des membres de l’UE
2 min de lecture

Vaccin : l’Autriche dénonce "des contrats" secrets entre des membres de l’UE

Selon Sebastian Kurz, des pays membres de l’Union européenne auraient conclu en coulisses des contrats avec des firmes pharmaceutiques

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz, à Vienne (Autriche), le 28 août 2020.
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz, à Vienne (Autriche), le 28 août 2020.
Crédit : GEORG HOCHMUTH / APA / AFP
Emmanuelle Brisson & AFP

Vendredi 12 mars, le chancelier autrichien a accusé certains États membres de l’Union européenne, sans les nommer, d’avoir conclu en coulisses "des contrats" avec des laboratoires pharmaceutiques. Il fustige notamment une répartition inégale des vaccins anti-Covid entre pays.

Sebastian Kurz, qui dit avoir partagé des informations avec les dirigeants belge, grec, polonais, slovène et tchèque, a déclaré devant des journalistes : "Il y a des indications selon lesquelles il existait une instance, un bazar où des accords supplémentaires ont été conclus entre des États membres et des firmes pharmaceutiques". Pour le chancelier autrichien, "beaucoup n’en croyaient pas leurs oreilles, car cela contredit clairement l’objectif politique de l’UE" d’une répartition équitable.

Selon lui, Malte recevra ainsi "jusqu’à trois fois plus de doses par habitant que la Bulgarie" d’ici à l’été. Les Pays-Bas seraient aussi avantagés, avec "deux fois plus de doses que la Croatie d’ici fin juin".

Une nouvelle choc qui met à mal l'UE

Afin de lancer un partenariat pour les vaccins de deuxième génération, portant à la fois sur la production et la recherche, jeudi 4 mars, le chancelier autrichien et son homologue danoise avaient rencontré en Israël le Premier ministre Benyamin Netanyahou. Sebastian Kurz jugeait en effet que l’Agence européenne des médicaments (EMA) était "trop lente" à approuver les vaccins et qu’il n’est plus possible de "dépendre uniquement de l’UE".

À lire aussi


"Nous devons trouver qui a signé les contrats", a ajouté Sebastian Kurz, soulignant qu’ils étaient "secrets" et qu’il n’avait pu lui-même les consulter.

Lors d’un point presse un porte-parole, Stefan de Keersmaecker a réagit : "la Commission a pour point de départ de distribuer les doses sur la base de la population, mais les États membres peuvent demander de recevoir un vaccin plus qu’un autre". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/