1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : non, l'Union européenne n'avait pas prévu un passeport vaccinal dès 2018
2 min de lecture

Coronavirus : non, l'Union européenne n'avait pas prévu un passeport vaccinal dès 2018

FACT CHECKING - Une publication relayée sur les réseaux sociaux présente un document datant de 2018, mais il s'agissait en réalité de mesures destinées à lutter contre la rougeole dans l'UE.

Les drapeaux de l'Union européenne
Les drapeaux de l'Union européenne
Crédit : AFP / Georges Gobet
Coronavirus : non, l'Union européenne n'avait pas prévu un passeport vaccinal dès 2018
02:28
Coronavirus : non, l'Union européenne n'avait pas prévu un passeport vaccinal dès 2018
02:28
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Louis Chahuneau

L’Europe avait-elle envisagé un passeport vaccinal avant la pandémie de covid-19 ? "Tout était déjà prévu". Ainsi commence, avec peu d’originalité, un message amplement partagé sur les réseaux sociaux depuis fin janvier. "L’Union européenne prévoit la mise ne place d’un passeport vaccinal depuis 2018 avec validation en 2022. Réveillez-vous !"

Un message accompagné d’un document PDF détaillant, en anglais, toutes les étapes pour arriver à une carte de vaccination commune à tous les pays membres de l’Union européenne.

Troublant, et encore plus quand on sait que ce document est vrai. Pourtant, il ne s’agit en rien de l’idée de création d’un passeport de vaccination donnant accès à tout aux vaccinés et rien aux autres mais plutôt d’harmonisation de la politique vaccinale, ce qui est légèrement différent.

Résurgence de la rougeole en 2018

En 2018, l’Union européenne doit faire face à une résurgence de la rougeole un peu partout sur le continent. 41.000 enfants sont touchés y compris en France. L’idée est alors d’harmoniser les politiques de vaccination et de créer une "carte de vaccination des citoyens européens" qui soit "commune à tous les pays européens et utilisable au-delà de leurs frontières. 

À lire aussi

En matière de vaccin pour les enfants, chaque pays a sa politique, certains passent par l’obligation, d’autres préfèrent la recommandation. Chaque membre de l’Union Européenne gère sa politique de santé. À aucun moment, explique l'AFP factuel, qui a déniché cette intox, l'Europe n'a envisagé la mise en place d'un document obligatoire sans lequel les citoyens n'auraient pas pu circuler. 

Ce document est en fait une feuille de route qui concernait les maladies dites "évitables" par la vaccination, rien à voir avec la covid -19. À l’époque, si la rougeole frappe durement c’est, selon les instances européennes, en raison d’une défiance grandissante envers les vaccins.

Voilà pourquoi beaucoup de faiseurs d’intox ressortent ce document aujourd’hui. Pour eux il s’agit d’une entrave à leur liberté d’expression. C’est en fait une volonté de la part de l’UE d’informer davantage sur les vaccins. La création d’un passeport vaccinal divise les européens, un flou sur lequel prospèrent les fausses informations qui, elles, n’ont malheureusement pas besoin de passeports pour se propager au-delà des frontières.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/