2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : non, l'OMS n'a pas déclaré que la pandémie ne finirait jamais

FACT CHECKING - Les internautes se sont emparés des réseaux sociaux après la déclaration du directeur des opérations d'urgence de l'OMS, sans prendre en compte la fin de sa phrase.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : non, l'OMS n'a pas déclaré que la pandémie ne finirait jamais Crédit Image : FABRICE COFFRINI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Florine Boukhelifa

L’Organisation mondiale de la santé aurait déclaré que la pandémie ne finirait jamais. Il ne s'agit pas du message le plus optimiste qui soit, mais ce n'est pas non plus exactement ce qu’a déclaré l’OMS. Lundi 1er mars, le docteur Michael Ryan, directeur des opérations d'urgence de l'organisation, a déclaré : "Il serait très prématuré et, je pense, irréaliste de penser que nous allons en finir avec ce virus d'ici la fin de l'année".

À la suite de ces propos, de nombreux messages sont apparus sur les réseaux sociaux. Certains disent que le monde vivra avec le coronavirus pour toujours, d’autres en profitent pour affirmer que les masques comme la vaccination ne servent à rien puisque on n'est pas prêt d’en finir. Comme l’a expliqué le docteur Martin Blachier au Figaro : éradiquer totalement le virus "n’y songeons même pas, c’est infaisable". Il ne faut donc pas confondre épidémie et conséquence mortelles de l’épidémie. La chose est subtile mais précise.

Comme souvent, il faut aller jusqu’au point final de la phrase. Michael Ryan a bien déclaré que nous n’en finirons pas avec le virus d’ici la fin de l’année. Cependant, a-t-il continué, "je pense que ce avec quoi nous pouvons en finir, si nous sommes intelligents, ce sont les hospitalisations, les morts et la tragédie associées à cette pandémie". Par cette déclaration, il faut comprendre que le virus peut rester mais que nous pouvons en terminer avec sa phase épidémique, notamment grâce à la vaccination.

Vacciner, prévenir, réduire

Avec le vaccin, les populations les plus fragiles sont protégées, le nombre d'hospitalisations est moins élevé. On parle alors d’un virus circulant à bas bruit. Pour l’OMS, afin d’atteindre cet objectif, un triptyque de mesures doit être mis en place : vacciner les personnels de santé, prévenir l'apparition de variants et réduire le nombre de personnes contaminées. L'OMS n'a donc pas condamné le monde à une damnation éternelle, mais la prudence reste de mise.

À lire aussi
Coronavirus France
Les infos de 6h - Vacances de Pâques : les restrictions plutôt bien respectées

Le 21 aout dernier, le directeur de l’OMS déclarait en conférence de presse : "nous espérons en terminer avec cette pandémie en moins de deux ans. Je pense que nous pouvons y mettre un terme dans un délai plus court que la grippe de 1918". Deux années avaient été nécessaires pour éradiquer la "grippe espagnole" apparue en 1918. Aujourd’hui, la technologie est plus avancée donc ce virus pourrait être plus rapide à vaincre et pour ne pas désespérer, lisons les phrases jusqu’au bout, c’est un bon anti dépresseur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus OMS Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants