1 min de lecture Santé

Santé : Michel Cymes explique les bienfaits du silence sur notre cerveau

Dans un monde de plus en plus numérique, où notre cerveau est soumis à toutes sortes de perturbations, faire le vide est devenu primordial.

Ça Va Beaucoup Mieux, l'Hebdo iTunes RSS
Santé : les bienfaits du silence sur notre cerveau
Crédit Média : RTL
Voir la suite

Michel Le Van Quyen, chercheur en neurosciences, se réveille il y a un peu moins de deux ans, frappé de paralysie faciale. On l'emmène chez le médecin, lequel diagnostique un surmenage et lui prescrit un repos absolu. Il retourne chez lui et au bout de quelque temps il se sent mieux et finit par vaincre la maladie, mais comme il est chercheur en neurosciences, il veut comprendre.

Il mène alors l'enquête, qui va aboutir à un livre, Cerveaux et Silence, dans lequel il explique combien le silence permet de déconnecter et de préserver sa santé. Le cerveau est un gros consommateur d'énergie. En activité, il consomme le quart du glucose de notre organisme. La conséquence, c'est qu'il fabrique des déchets qu'il faut ensuite éliminer. Et pour bien le faire, le cerveau se sert de ces périodes d'inactivité. On appelle ça : la douche cérébrale.

C'est pour cela que nous avons besoin de calme et de sommeil. Car pendant qu'on dort, le cerveau se nettoie. Le problème, c'est que nos nuits ne cessent de raccourcir (en un siècle, les Français ont perdu 1h30 de sommeil par jour) et tout indique que les choses vont aller en se détériorant. Nous vivons dans un monde de plus en plus numérique. Les écrans, les notifications, les sollicitations intempestives, épuisent notre cerveau.

Prendre deux minutes pour faire le vide

Aujourd'hui, le temps de concentration d'un salarié sur une tâche est en moyenne de 11 minutes et lorsqu'il est interrompu, il lui faut en moyenne 25 minutes pour retrouver un minimum de concentration.

On appelle la surcharge cognitive. On sait qu'elle va aussi affecter notre système cardio-vasculaire et immunitaire et que tout cela peut aller jusqu'à la dépression. Pour éviter d'en arrivez là, il faut renouer avec le silence. Au sens large du terme, le silence acoustique mais aussi le silence attentionnel, visuel. Ce qui est prôné est une déconnexion totale : prendre 2 minutes pour s'isoler et faire le vide.

La rédaction vous recommande