1 min de lecture Psychologie

Santé : la cigarette favorise-t-elle la dépression ?

Une étude publiée mercredi 8 janvier dans le magazine scientifique "Plos One" montre que le tabagisme favorise la dépression.

Une femme fume une cigarette (illustration)
Une femme fume une cigarette (illustration) Crédit : LODI FRANCK/SIPA
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Après les conséquences sur la santé physique, la cigarette aurait une incidence sur la santé mentale. C'est le résultat d'une étude publiée mercredi 8 janvier, qui établit un lien entre le fait de fumer et une probabilité haute d'être sujet à la dépression.

Publiée dans le journal scientifique Plos One, l'étude menée par une équipe de recherche de l'université de Jérusalem, porte sur deux échantillons : l'un de 1.624 étudiants de l’université de Belgrade en Serbie et l'autre de 514 de l’université de Mitrovica au Kosovo.

Toutes et tous ont dû répondre à des questionnaires portant sur leur style de vie, leur état de santé et leur identité d'une part, et au questionnaire sur "l'inventaire de dépression de Beck" (BDI). Ce dernier est composé d'une liste de 21 questions auxquelles il faut répondre selon le degré de sévérité des symptômes cités, de 0 à 3.

Plus de dépression chez les fumeurs

Résultats : "Dans les deux échantillons, les étudiants qui n'avaient jamais fumé avaient un score BDI plus élevé que les étudiants qui n'avaient jamais fumé" soit "dans les deux groupes, la proportion de dépression parmi les étudiants qui avaient déjà fumé était plus grande que les étudiants qui n'avaient jamais fumé"

À lire aussi
Caroline Dublanche présente "Parlons-Nous" sur RTL de 22h30 à 1h30 Parlons-nous
Se reconstruire suite à une maladie grave

Ainsi à l'université de Belgrade, 19% des étudiants ayant déjà fumé présentaient des symptômes dépressifs contre 11,2% de ceux qui n'avaient jamais fumé. Pour l'université de Mitrovica, ces chiffres s'élèvent respectivement à 14% et 4%.

Plus qu'une conséquence de symptômes dépressifs et anxieux, le fait de fumer peut donc être considéré comme une source de trouble mental. Cependant les chercheurs insistent sur le manque de preuve de causalité - certains facteurs ont pu ne pas être pris en compte dans l'étude par exemple - et appellent à ce que davantage de recherches soient menées sur le sujet.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Psychologie Bien-être Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants