2 min de lecture Médecine

Nièvre : l'activité de chirurgie d'une clinique suspendue

L'activité de chirurgie d'une clinique de Cosn-Cours-sur-Loire (Nièvre) est suspendue à partir du mercredi 13 novembre en raison de "manquements répétés à la sécurité des soins".

Ustensile de chirurgie en salle d'opération (illustration)
Ustensile de chirurgie en salle d'opération (illustration) Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
Louis Rigaudière et AFP

Des dysfonctionnements lourds. Selon un communiqué de l'Agence régionale de Santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté, l'activité de chirurgie d'une clinique de Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre) est suspendue à partir de mercredi 13 novembre en raison de "manquements répétés à la sécurité des soins".

La décision de l'ARS "concerne l'hospitalisation complète comme la chirurgie ambulatoire" et "fait suite aux constats qui subsistent à l'issue de plusieurs inspections (...) caractérisant des conditions de fonctionnement susceptibles de mettre en danger la sécurité des patients", précise le communiqué. Les manquements relevés par l'agence portent sur l'organisation et le fonctionnement de la chirurgie ambulatoire, la sécurité anesthésique, le processus transfusionnel ou la sécurisation des prescriptions médicamenteuses.

La clinique devra "remédier aux différents dysfonctionnements constatés dans un délai de six mois" a précisé l'ARS, ajoutant avoir "informé les établissements voisins" et être "particulièrement attentive à la continuité des soins qui doit être organisée par l'établissement". La suspension ne concerne pas les activités d'imagerie conventionnelle et de scanner ni les missions de service public assurées par le centre hospitalier auquel la clinique est adossée: accueil des urgences, SMUR et médecine, a encore indiqué l'ARS.

La population "perd un outil de proximité absolument nécessaire"

Cette clinique avait déjà vu sa maternité suspendue fin 2017 en raison du manque de personnel, avant d'être définitivement fermée quelques mois plus tard, remplacée par un centre périnatal de proximité. "Je suis conscient de la nécessité que les patients puissent être soignés en toute sécurité (...) mais je ne comprends pas qu'on ne soit pas capable de travailler en amont pour éviter l'arrivée d'une telle situation", a immédiatement réagi le président (PS) du département Alain Lassus.

À lire aussi
Un médecin (illustration) médecine
Espagne : une Britannique sauvée six heures après une crise cardiaque

Le bassin de population de Cosne-sur-Loire "perd un outil de proximité absolument nécessaire. (...) Il n'y aura plus qu'un seul endroit où on va opérer dans l'immense territoire nivernais, à Nevers", a-t-il déploré, pointant "la destruction de l'appareil sanitaire nivernais, mis en place depuis une dizaine d'années". La situation des services de santé dans le département est régulièrement dénoncée par des élus locaux, des syndicats ou encore à l'occasion de manifestations en défense de l'accès au soin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médecine Sécurité Urgences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants