1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes : pourquoi les femmes enceintes doivent limiter le café pendant leur grossesse
2 min de lecture

Michel Cymes : pourquoi les femmes enceintes doivent limiter le café pendant leur grossesse

La surconsommation de café pendant la grossesse peut avoir de fâcheuses conséquences sur le nouveau-né. La caféine peut entraîner un retard de croissance et altérer le développement cérébral de l'enfant.

Des grains de café (Illustration)
Des grains de café (Illustration)
Crédit : AFP / Joël Saget
Michel Cymes : pourquoi les femmes enceintes doivent limiter le café pendant leur grossesse
02:37
Michel Cymes

Ce matin, je m'adresse aux femmes enceintes. Et je leur conseille de ne pas boire trop de café. De nombreuses études ont été faites sur le sujet et elles tranchent rarement en faveur d’une surconsommation de café, c’est un euphémisme. J’insiste sur l’emploi du terme "surconsommation". Pour reprendre un vieux slogan que je travestis à ma façon : "1 café, ça va. 4, 5 ou 6 cafés, bonjour les dégâts".

Si je me réfère à l’une des études qui a fait le plus parler (c’est une étude danoise qui porte sur près de 20.000 femmes enceintes), le dégât majeur, c’est le risque accru d’avoir un enfant mort-né. Et quand je parle de risque accru, c’est chiffres à l’appui : deux fois plus de risques pour les femmes qui boivent entre 4 et 7 tasses par jour. Et 4 fois plus de risques quand elles sont à plus de 8 tasses quotidiennes.
 
Alors, on peut toujours tempérer les chiffres en se disant que les amatrices de café fument ou consomment plus d’alcool que les autres, tabac et alcool étant eux aussi des ennemis avérés du fœtus. Mais, même en tenant compte de ce biais, le café ne ressort pas blanc-bleu de cette étude.
 
Comment agit-il sur l’organisme des femmes enceintes ? En fait, le problème, ce n’est pas tant le café que la caféine. Je signale au passage que cette caféine, elle traîne aussi dans le thé et, dans certaines boissons gazeuses dont le nom se termine par Cola et commence par "Coca" ou "Pepsi". Ces boissons sont tellement addictives qu’on a vite fait de sombrer dans la surconsommation et, Mesdames, c’est mauvais pour votre fœtus.

Retard de croissance, problèmes de mémoire, épilepsie

D’abord un retard de croissance qui, à l’arrivée, se traduirait par un bébé qui ne pèsera pas le poids qu’il est censé peser. Ça, c’est une étude norvégienne menée sur plus de 50.000 femmes qui le suggère. Alors, évidemment, tous les bébés ne pèsent pas pareil à la naissance. Et si un bébé qui est dans la moyenne nait avec quelques centaines de grammes en moins que prévu, ça va. Mais si ça touche un bébé qui, initialement, est un petit gabarit, ça peut devenir problématique.
 
Après, il y a tout ce qui concerne le développement cérébral de l’enfant. Dans la caféine, on trouve des substances psychoactives. L’INSERM a travaillé sur cette question, en tout cas sur des souris… Et ces petites bêtes (dont je rappelle que la recherche les collectionne parce qu’elles ont un patrimoine génétique qui est très proche du nôtre), nous enseignent qu’à trop aimer la caféine, on expose l’enfant à naitre à des problèmes de mémoire et on augmente sa sensibilité aux crises d’épilepsie.
 
Au fond, j’ai envie de vous dire : "Rien de nouveau !". En période de croisière, concernant le café, c’est 3 tasses quotidiennes pour les hommes et 2 pour les femmes. Vous voulez aller au-delà ? À votre guise ! Mais pas quand vous êtes enceinte. Parce qu’une femme enceinte a la responsabilité de deux vies : la sienne et celle de son futur enfant.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/