1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes met en garde contre un nouveau jeu dangereux dans les cours d'école
2 min de lecture

Michel Cymes met en garde contre un nouveau jeu dangereux dans les cours d'école

Michel Cymes donne l'alerte contre un nouveau type de jeu pratiqué dans les écoles qui a failli coûter la vie à un enfant de 10 ans récemment.

Des enfants dans une cour de récréation, pendant l'épidémie de coronavirus
Des enfants dans une cour de récréation, pendant l'épidémie de coronavirus
Crédit : Loic VENANCE / AFP
Michel Cymes met en garde contre un nouveau jeu dangereux dans les cours d'école
02:44
Michel Cymes met en garde contre un nouveau jeu dangereux dans les cours d'école
02:44
Michel Cymes

Ça s’est passé dans une école huppée de la région parisienne. Quelques élèves s’amusent avec un nouveau jeu qui consiste, à se foncer dessus les bras en l’air,  ou, quand un enfant passe à côté d’eux, à croiser les bras et à se le balancer entre eux façon punching-ball.
L’enfant balloté entre deux ou trois gamins, finit en général par tomber.

Se bousculer, on l’a tous fait mais là, c’est comme une balle qui passerait d’un enfant à l’autre, rapidement et violemment. Et souvent, il y a le coup du lapin, surtout quand on est bousculé par-derrière. Ce jeu est stupide mais dans la grande majorité des cas, l’enfant balloté se relève, plus vexé que blessé.

Dans la grande majorité des cas, mais pas dans celui de ce petit garçon. Nous l’appellerons Pierre. Un petit garçon de 10 ans, un petit garçon un peu frêle, gentil , pas très costaud et apprécié par ses camarades mais une bonne cible pour ceux qui s’amusent à ce genre de jeu.

Ce matin-là, dans la cour de l’école, Pierre est bousculé violemment et finit par tomber. Pas par terre, mais sur une barrière en métal. C’est le cou qui touche le premier.
Il se relève et retourne en classe.

Un AVC rarissime chez l'enfant causé par la chute

À lire aussi

Le soir il dit à sa mère qu’il a un peu mal au cou, sans plus. Quelques jours après, de nouveau bousculé, là c’est le coup du lapin. Plusieurs jours plus tard, en classe Pierre a du mal à trouver ses mots. Les petits copains rigolent, la maitresse aussi en lui disant "qu’est-ce qui t’arrive Pierre , tu bugges ?". Il va boire un peu d’eau et revient en parlant normalement.

Et puis survient une paralysie de la moitié du visage. Et là, la prise en charge médicale commence, et après quelques errances et un diagnostic de migraine, l’IRM aboutit à un diagnostic rarissime chez l’enfant : un accident vasculaire cérébral.

En tombant sur la barrière , Pierre a fait une dissection de l’artère carotide, la principale artère du cou. Les feuillets de la paroi de l’artère s’étaient ouverts comme un livre , le sang s’y était engouffré et un caillot s’était formé. Progressivement des petits morceaux s’étaient détachés pour atteindre le cerveau.

Comment va-t-il aujourd’hui ? Heureusement, Pierre s’en est sorti sans séquelles grâce à une prise en charge en urgence et plusieurs jours d’hospitalisation. Pierre est aujourd’hui sous anti-coagulant, n’a pas le droit de jouer avec ses copains dans la cour, et est bien évidemment surprotégé.

Il s’en sort bien car cette histoire aurait pu très mal se terminer. Les parents de Pierre ont fait preuve de pédagogie et d’intelligence, ils ont juste demandé à l’école de faire une communication auprès des enfants et des enseignants. Ce qui a été fait. Les enfants et leurs parents ont bien sûr été convoqués. Tout le monde a bien compris le message. Un message, espérons-le,  que tous les parents vont, maintenant, faire passer à leurs enfants.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/