1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes : la ménopause ne signifie pas la fin de la vie sexuelle
2 min de lecture

Michel Cymes : la ménopause ne signifie pas la fin de la vie sexuelle

Ce matin, en cette journée internationale des droits de la femme, Michel Cymes s'adresse à celles qui s’inquiètent de leur sexualité à l’approche de la ménopause.

Comment surmonter l'épreuve de la ménopause ?
Comment surmonter l'épreuve de la ménopause ?
Crédit : Mark Sagliocco / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Michel Cymes : la ménopause ne signifie pas la fin de la vie sexuelle
02:51
Michel Cymes - édité par Benjamin Hue

Je les rassure d’entrée, pas de panique mesdames, la ménopause ne signifie pas la fin de votre vie sexuelle ! Parfois, c’est même l’inverse qui se produit : débarrassées des contraintes liées à la contraception, libérées des servitudes qu’imposait la présence à la maison des enfants qui ont grandi et sont partis faire leur vie ailleurs, beaucoup de femmes, pour peu que leur couple soit solide, "repartent pour un tour", si vous voyez ce que je veux dire.

Lorsque survient la ménopause, il se passe des choses sur le plan physiologique. Dès lors qu’une femme n’a plus d’ovulation, elle ne connaît plus ce pic hormonal qui, au milieu de son cycle menstruel, booste son désir sexuel. Ça, c’est effectivement une réalité. Une réalité qui se traduit, concrètement par une atrophie du vagin et une diminution de la lubrification.

Mais face à cela, il est possible d’agir. D’abord en prenant le temps de faire les choses. Car si la lubrification se fait un peu désirer, ça ne veut pas dire qu’elle ait disparu.
 Ensuite en ayant recours à un traitement de substitution hormonal. Il en existe qui sont efficaces.
Enfin, en se faisant prescrire des lubrifiants. Là encore, on est équipé, il y a tout ce qu’il faut en pharmacie.

Explorer de nouveaux territoires

Techniquement, il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas. Mais est-ce que tout cela peut compliquer l’accès au plaisir, pour une femme ? 

À lire aussi

La sexualité et le plaisir qui va avec sont comme nous : ils changent, ils évoluent avec le temps. Une femme ménopausée sera peut-être moins sensible, sensoriellement, qu’elle pouvait l’être quand elle avait 25 ans. Mais tout cela peut être largement compensé par l’expérience, la complicité avec le partenaire, un regain de tendresse voire une certaine forme de cérébralité. La ménopause est souvent l’occasion d’explorer de nouveaux territoires de la sexualité.

Mais pour ça, il faut être 2 (si j’osais, je dirais : 2 au minimum, mais c’est un autre sujet). Parce qu’à l’inverse, si le couple est bancal, si sa vie sexuelle est fantomatique depuis des années, il est évident que la ménopause peut lui donner le coup de grâce. 

Le sport est le secret d'une vie sexuelle épanouie

Cela dit, le meilleur allié d’une vie sexuelle épanouie et qui s’étire dans le temps, c'est le sport. L’activité physique.

Si je me tue à vous demander de bouger, Mesdames, c’est pour que vous viviez mieux et plus longtemps. Mais c’est aussi par égard pour votre vie sexuelle donc amoureuse. Parce que le sport, Mesdames, ça limite les bouffées de chaleur, ça vous rend belles, donc désirables et, dès lors que vous en prenez conscience, ça dope votre libido. 

Je sais que c’est la journée de la Femme mais, pour le coup, ce que je viens de dire (à l’exception des bouffées de chaleur) vaut aussi pour vous, messieurs.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/