2 min de lecture Michel Cymes

Michel Cymes : les cas particuliers de verrues pour lesquels il faut consulter

Les verrues sont généralement sans gravité. Mais dans certains cas, d'origine virale, il est essentiel de consulter.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Michel Cymes : les cas particuliers de verrues pour lesquels il faut consulter Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes Journaliste

Ce matin, pleins feux sur les verrues cutanées. La bonne nouvelle, c'est qu'elles sont généralement sans gravité. Oui, elles peuvent même disparaître comme elles sont apparues, c'est-à-dire sans crier gare. Donc, autant dire qu'il n'est pas systématique qu'elles soient traitées. 

Alors, en cas de verrues, je vous conseille dans un premier temps d'attendre de vous contenter d'y apposer un pansement et de voir comment ça évolue. Ma chronique pourrait donc s'arrêter là s'il n'y avait pléthore de cas particuliers qui nécessitent que vous l'attendiez.

Quels sont ces cas particuliers ? Une verrue peut être mal placée et poser un problème esthétique. C'est sûr que sur le nez, ça ne fait pas le même effet que sous l'orteil. Autre cas particulier, une verrue peut être douloureuse. Troisième cas particulier la verrue change de couleur

Sans compter les patients qui souffrent de diabète ou de troubles vasculaires dans les jambes. Alors, si vous vous reconnaissez dans une de ces catégories, il vaut mieux consulter sans tarder. D'abord pour que le diagnostic soit affiné. Ensuite pour qu'un traitement soit le laser chirurgical ou à base de cryothérapie ou autre, soit mis en place. 

Attention au papillomavirus

À lire aussi
santé
Bien-être : pourquoi et comment lire peut nous aider à apaiser nos émotions

Certaines verrues cutanées peuvent être d'origine virale. Plus précisément, il s'agit de certains types de papillomavirus qui profitent d'une éraflure de la peau pour pénétrer dans les cellules de l'épiderme. La conséquence, c'est que ces cellules prolifèrent de manière un peu anarchique, ce qui donne son aspect à la verrue qui ressemble à une boule de peau.

J'ai employé le terme de papillomavirus. Devez-vous en conclure qu'il y a un risque de contagion ? Non seulement vous pouvez en conclure qu'il y a un risque de contagion, mais en plus, vous pouvez en déduire qu'il y a des choses à faire dès lors que vous avez une verrue. 

La transmission va vite. Elle se fait de personne à personne par contact de la peau, mais aussi via des objets contaminés. En conséquence, vous devez systématiquement vous laver les mains au savon après avoir touché une verrue. Petit deux : bien vous sécher après avoir fait votre toilette, notamment les pieds qu'on a tendance à négliger parce que le papillomavirus adore l'humidité. 

Au chapitre des choses à ne pas faire bien en cas de verrues dans les parages, voici la liste des interdits. Ne pas partager sa serviette de bain, ne pas marcher pieds nus, y compris dans les salles d'eau, ne pas gratter ou tripoter la verrue. Ne jamais mordiller la verrue. Ça peut paraître dingue d'avoir à le préciser. Mais je peux vous dire que c'est un réflexe que beaucoup de patients ont tendance à avoir, notamment parmi les plus jeunes. Donc on ne mord pas. Le contact entre la bouche et le papillomavirus est une très, très mauvaise idée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Michel Cymes Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants