1 min de lecture Médicaments

Médicaments vendus à l’unité : une promesse au point mort

ENQUÊTE RTL - Alors qu'Emmanuel Macron voulait notamment éviter le gaspillage et les pénuries, sa promesse s’avère plus compliquée que prévu à tenir.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Médicaments vendus à l'unité : une promesse au point mort Crédit Image : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP | Crédit Média : Anaïs Bouissou | Durée : | Date : La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Claire Gaveau

En janvier 2017, le candidat Emmanuel Macron faisait la promesse de campagne de mettre en place la vente de médicaments à l'unité. Il disait à l'époque que c'était un "impératif sanitaire, une nécessité économique et une évidence environnementale".

Pourtant, deux ans après, c'est une promesse au point mort. Il faut dire que personne n’a vraiment intérêt à l’appliquer. Ni le ministère de la Santé, ni les entreprises du médicament, ni même les pharmacies.

Dans l’entourage de la ministre de la Santé, quand vous posez la question de la vente à l’unité, on vous répond que "le dossier n’est toujours pas ouvert" et qu’il pose des questions "plus complexes que prévu". Car, vendre un petit comprimé tout seul, poserait un problème de sécurité. Ça veut dire un médicament sans emballage, sans boîte qui va avec, sans ordonnance, et donc sans traçabilité. C'est un problème technique qui inquiète le ministère.

Deuxième réserve soulignée par les représentants du Leem, les entreprises du médicament, le calendrier. Un gros travail vient d'être engagé ces derniers mois, pour que les boîtes de médicaments comportent un numéro de série, pour mieux vérifier leur origine. C'est une directive européenne, qui a été lourde à mettre en place, et qu'il faudrait complètement remettre à plat, si on vend les médicaments un par un.

Les pharmaciens également réticents

À lire aussi
greffe
États-Unis : elle donne son rein à l’ex-femme de son mari

Enfin, les pharmaciens eux-mêmes n'ont pas du tout envie de cette réforme. Pour eux, ça signifierait, en plus de leur travail, de sortir les médicaments des boîtes, les déconditionner et les distribuer à l'unité. Cela s’apparente à une perte de temps et une perte d'argent pour réorganiser les stocks.

Résultat on a rangé discrètement la promesse de campagne au fond de l'armoire à pharmacie, sans savoir si elle en sortira un jour…

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médicaments Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants