1 min de lecture Maladie

Le nombre de fractures liées à l'ostéoporose va exploser d'ici à 2030

Selon un nouveau rapport, cette augmentation des fractures liées à la maladie est due au vieillissement de la population et au manque de prise en charge.

Une femme se déplace avec des béquilles (illustration).
Une femme se déplace avec des béquilles (illustration). Crédit : JS EVRARD/SIPA
Odile Pouget et Camille Kaelblen

C'est un constat alarmant : d'ici à 2030, les fractures liées à l'ostéoporose vont augmenter de 24%. Selon un rapport publié à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre l'ostéoporose qui aura lieu le 20 octobre, ce chiffre devrait passer de 390.000 actuellement à 470.000. Une évolution qui s'explique par le vieillissement de la population, mais également par l'absence de prise en charge.

Cette maladie qui fragilise les os peut parfois s'avérer dramatique. Pourtant, selon ce rapport, 77% des femmes et 64% des hommes de plus de 50 ans en France ne reçoivent pas les traitements adaptés pour leur ostéoporose.

"Une fracture va en entraîner une autre, puis une autre avec de la souffrance, de la perte d'autonomie et des coûts faramineux pour la société, à hauteur de 6,8 milliards d'euros en 2030", alerte le Docteur Laurent Grange, président de l'Association française de lutte contre les rhumatismes (AFLAR).

Plusieurs signes doivent alerter

Pour enrayer l'explosion des fractures liées à l'ostéoporose, l'association mise sur une meilleure sensibilisation des patients et des professionnels de santé. Avec le Groupe de Recherche et d'Information sur les Ostéoporoses (GRIO), elle lance une campagne intitulée "Que la première fracture soit la dernière".

À lire aussi
Une femme prépare un vaccin (illustration) Pyrénées-Atlantiques
Rougeole : une cinquantaine de cas recensés après la Foire au jambon de Bayonne

Selon Laurent Grange, plusieurs signes doivent alerter. Le premier est "une perte de plus de trois centimètres par rapport à la taille que vous faisiez à l'âge de 20 ans", indique-t-il. On doit également s'interroger "si l'on se casse un os en tombant de sa hauteur", explique le médecin.

Dans ce cas, il est recommandé d'en parler à son médecin et de lui demander s'il ne faudrait pas effectuer un examen pour le dépistage de l'ostéoporose, ce qui permettrait d'éventuellement envisager un traitement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maladie Santé Médecine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants