2 min de lecture Coronavirus France

Le coronavirus "circule énormément dans les Bouches-du-Rhône", concède le Pr Rossi

INVITÉ RTL - Tandis qu'en France, le seuil de taux d'incidence pour le coronavirus est à 50 pour 100.000 personnes, il est nettement plus élevé dans les Bouches-du-Rhône. Le Professeur Dominique Rossi annonce un taux d'environ 180 pour 100.000.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
"Le virus circule énormément dans les Bouches-du-Rhône", concède le Professeur Rossi Crédit Image : BORIS HORVAT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Marie Gingault

Le coronavirus poursuit sa propagation dans le monde. En France, 28 départements sont classés "rouge". C'est notamment le cas des Bouches-du-Rhône, où, comme l'indique le Professeur Dominique Rossi, président de la Commission médicale d'établissement de l'AP-HM (Assistance publique, Hôpitaux de Marseille), "le virus circule énormément".

La situation se tend dans les services de réanimations des hôpitaux marseillais. Si en France le taux d'incidence du coronavirus est de 50 pour 100.000, ce dernier est plus que triplé dans le département des Bouches-du-Rhône, où il se situe aux alentours de 180 pour 100.000 personnes, a indiqué le Pr Rossi au micro de RTL.

"Le virus circule de manière très importante", concède le chef du service Urologie de l'hôpital Nord de Marseille. Toutefois, il souligne que "nous ne sommes pas du tout dans le même contexte qu'en mars/avril, où toutes les forces étaient consacrées au Covid, tous les établissements de santé étaient plein de malades Covid, ainsi que les réanimations (...) Aujourd'hui, les réanimations sont remplis de malades non-Covid, d'autant plus qu'on rattrape tous les malades qu'on n'a pas pu traiter en mars en avril", précise le Pr Dominique Rossi.

Notre stratégie est d'éviter de tout consacrer au Covid

Professeur Dominique Rossi, président de la Commission médicale d'établissement de l'AP-HM
Partager la citation

"Aujourd'hui, notre stratégie est d'éviter de tout consacrer au Covid, c'est pour cela qu'on sacralise, tant sur le plan départemental qu'à l'AP-HM, des lits pour le Covid, en nous laissant un volant très important d'accueil en réanimation pour les malades qui n'ont pas le Covid".

À lire aussi
Les urgences à l'hôpital (illustration) Coronavirus France
Val-d'Oise : un hôpital accusé d'être à l'origine d'un cluster familial

En effet, comme l'indique le Professeur Rossi, "pour l'Assistance publique, on a 120 lits de réanimations". Sur ces lits, 25 sont sacralisés pour les malades atteints du coronavirus. Concernant les Bouches-du-Rhône, ce sont 70 lits qui sont sacralisés pour la Covid-19 sur les quelque 300 lits en réanimation que possède le département.

Toutefois, comme le concède le Professeur, "Ces 27 ou ces 70 lits, sont effectivement remplis à 90 %. Notre seuil de sacralisation est aujourd'hui pratiquement atteint". Dominique Rossi tient tout de même à rassurer les citoyens : "Pour l'instant, il n'y a pas d'affolement, on gère, mais il faut préserver les lits".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Marseille Hôpitaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants