1 min de lecture Fin de vie

Fin de vie : "Ce que vit Alain Cocq, c’est de la torture", déplore Sophie Medjeberg

INVITÉE RTL - Sophie Medjeberg, vice-présidente de l'association "Handi mais pas que !", soutient le combat d’Alain Cocq, qui a demandé la prescription de sédatifs pour mourir, en vain. Elle déplore une situation qui relève de la torture.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Fin de vie : "Ce que vit Alain Cocq, c'est de la torture", déplore Sophie Medjeberg Crédit Image : PHILIPPE DESMAZES / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Florise Vaubien

Le président Emmanuel Macron a rejeté la demande d’intervention d’Alain Cocq : l’homme âgé de 57 ans tentait d’obtenir le droit de mourir par prescription de sédatifs. Il a choisi de se laisser mourir et de filmer son agonie en direct sur Facebook. 

Un choix que défend Sophie Medjeberg, vice-présidente de l'association "Handi mais pas que !", une association de défense des personnes en situation de handicap. Cette dernière soutient le combat et la demande d’Alain Cocq, en soins palliatifs depuis deux ans. 

Sophie Medjeberg indique que ce dernier ne filmera "que quatre heures" : il "sera accompagné de son aide-soignant" et de "trois auxiliaires de vie triés sur le volet". En revanche, aucun médecin ne sera avec lui : Alain Cocq recevra tout de même du Valium "pour lui éviter de faire des crises d’épilepsie".

C’est une descente aux enfers

Sophie Medjeberg, vice-présidente de l'association "Handi mais pas que !", sur RTL
Partager la citation

"C’est un combat qui est un lent, c’est une descente aux enfers quand vous vous retrouvez dans un corps qui n’est plus que douleurs, (...) c’est de la torture !", regrette Mme Medjeberg qui rappelle qu’aucun médecin n’a donné une réponse favorable à leur demande en deux ans. 

À lire aussi
Alain Cocq, le 12 août 2020 fin de vie
Fin de vie : Alain Cocq annonce vouloir à nouveau se laisser mourir

La loi Claeys-Leonetti de 2016 "est claire" : celle-ci prévoit une sédation uniquement pour les personnes en fin de vie, or Alain Cocq ne l’est pas. "La dignité humaine dans la constitution française", c’est aujourd’hui "son combat et le notre combat aussi", explique la vice-présidente de l'association "Handi mais pas que !". Elle dénonce un vide judiciaire, estimant qu’en France, la dignité humaine, "ça ne parle à personne"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fin de vie Mort Médecine
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants