2 min de lecture Fin de vie

Fin de vie : "Je veux m'endormir et ne plus souffrir", confie Alain Cocq sur RTL

INVITÉ RTL - Alain Cocq, quinquagénaire atteint d'une maladie orpheline dégénérative, va cesser de s'alimenter et de se soigner ce vendredi 4 septembre. Emmanuel Macron lui ayant refusé le droit à mourir dignement, il a choisi de filmer son agonie afin d'alerter sur le problème de la fin de vie en France.

Julien Sellier L'invité de RTL Petit Matin Julien Sellier
>
Fin de vie : "Je veux m'endormir et ne plus souffrir", confie Alain Cocq sur RTL Crédit Image : PHILIPPE DESMAZES / AFP | Crédit Média : Julien Sellier | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Petit Matin - Julien Sellier
Julien Sellier édité par Sarah Ugolini

Alain Cocq remet le débat sur la fin de vie à la Une. À partir de ce vendredi 4 septembre, ce quinquagénaire atteint d'une maladie orpheline dégénérative cesse de s'alimenter. Cet homme espère ainsi mourir d'ici quatre à cinq jours. 

Les parois de ses artères se collent et il est désormais cloué au lit et perd petit à petit l'élocution. Il a demandé au président de la République le droit de mourir dignement. Emmanuel Macron lui a répondu jeudi 3 septembre au soir qu'il admirait son combat, mais qu'il ne pouvait pas se placer au-dessus de la loi. Ce malade aimerait qu'un médecin lui administre un barbiturique, mais c'est impossible. 

La loi Leonetti permet la sédation profonde, mais seulement à quelques heures d'un décès certain. Alain Cocq s'est confié à RTL sur sa maladie qu'il appelle "la pieuvre" parce qu'elle n'a pas de nom. "Faut bien que je lui en donne un. Elle détruit mes poumons, elle détruit mes intestins, je perds l'ouïe. Arrivé à un stade, il y a le supportable et l'insupportable", assure l'homme atteint d'une maladie orpheline. 

C'est ma volonté pleine et entière

Alain Cocq sur RTL
Partager la citation

"Pendant 34 ans j'ai dépassé ma maladie. Elle se réveillait régulièrement, mais elle me permettait de vivre. Maintenant je veux m'endormir et ne plus souffrir", demande l'homme de 57 ans. Sans réponse positive d'Emmanuel Macron, il va arrêter "la morphine, de boire et de manger". "C'est ma volonté pleine et entière", assure Alain Cocq.

À lire aussi
Alain Cocq, le 12 août 2020 fin de vie
Fin de vie : Alain Cocq annonce vouloir à nouveau se laisser mourir

"J'ai toujours dit que je partirai la fleur au fusil, mais le fusil à l'épaule, c'est-à-dire sans violence, mais en action", assure-t-il. "Quand qu'on est attteint d'une maladie incurable qui va être dégradante, on doit pouvoir avoir ce choix. Les médecins ont la capacité de donner la mort, mais la loi leur interdit", déplore le quinquagénaire. Pour Alan Cocq, "on demande simplement à avoir le droit sur le deuxième jour le plus important de notre vie". 

On ne sait pas accompagner la fin de vie en France

Jonathan Denis, Secrétaire général de l’ADMD.
Partager la citation

Jonathan Denis, Secrétaire général de l’ADMD, l'Association pour le droit de mourir dans la dignité, s'attendait à ce qu'Emmanuel Macron réponde par la négative à la demande d'Alain Cocq. "Il va falloir très rapidement que nos parlementaires se saisissent de la question", assure-t-il. Selon lui,"le geste d'Alain Cocq va faire réagir les Français qui vont découvrir l'imperfection de cette loi" Leonetti sur la fin de vie. Il évoque "le scandale des soins palliatifs" qui montre qu'"on ne sait pas accompagner la fin de vie" en France. Jonathan Denis demande "un accès universel aux soins palliatifs". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fin de vie Maladie Euthanasie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants