2 min de lecture Coronavirus

Covid : le virus serait capable d’envahir le cerveau, d’après une étude

D’après une étude publiée mercredi 9 septembre, une invasion directe du cerveau par le coronavirus serait à l’origine de plusieurs symptômes constatés chez des personnes contaminées.

Une vue du cerveau (Illustration)
Une vue du cerveau (Illustration)
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Plusieurs malades du coronavirus ont rapporté des maux de tête, des états de confusion et de délire. D’après une étude publiée mercredi 9 septembre, ces symptômes seraient la conséquence d’une invasion directe du cerveau par la Covid-19. 

Si cette théorie était jusqu’alors largement non prouvée, les dernières analyses rapportent que le virus serait capable de se dupliquer à l'intérieur du cerveau. De fait, d’après une étude dirigée par Akiko Iwasaki, immunologue de l'université de Yale, sa présence prive d'oxygène les cellules du cerveau avoisinantes à une fréquence qui n’a pas été encore éclaircie par les chercheurs.

"Comprendre s'il y a ou non une implication virale directe dans le cerveau est extrêmement important", explique Andrew Josephson, chef du département de neurologie à l'Université de Californie à San Francisco, qui a loué les techniques utilisées dans l'étude de Yale. Le chercheur s’est dit toutefois prudent : il attend que les recherches soient évaluées par d'autres spécialistes. 

Jusqu’ici, les médecins pensaient qu’une réponse immunitaire anormale (nommé "l'orage de cytokine") provoquant une inflammation du cerveau était la cause des dommages neurologiques constatés chez environ la moitié des patients Covid hospitalisés. 

Des traces du virus retrouvés dans le cerveau

À lire aussi
Martine Aubry, la maire (PS) de Lille (Nord). Coronavirus France
Fermeture des bars à 22h : une "ineptie", selon Martine Aubry

La professeure Iwasaki et son équipe ont réalisé leur étude en s'appuyant sur trois axes de recherches : l’infection de mini-cerveaux créés en laboratoire (les organoïdes cérébraux), celle des souris et l’examen du cerveau de malades qui ont succombé au coronavirus. Dans les organoïdes cérébraux, l'équipe a découvert que le virus était en mesure d'infecter des neurones puis de "pirater" la machinerie de la cellule du neurone pour se dupliquer. Les cellules infectées privaient d’oxygène des cellules environnantes qui mourraient.

Par ailleurs, deux groupes de souris ont été examinés par les chercheurs : l'un avait été génétiquement modifié pour avoir des récepteurs ACE2 seulement dans les poumons, l'autre seulement dans le cerveau. Les souris infectées aux poumons présentaient des lésions dans cet organe. Celles qui étaient atteintes au cerveau ont en revanche rapidement perdu du poids et sont vite décédées. Un résultat qui prouverait une létalité accrue quand le virus pénètre le cerveau.

Enfin, l’étude a révélé que trois patients morts de complications sévères liées au coronavirus présentaient aussi des traces du virus dans leur cerveau.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Épidémie Virus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants