1 min de lecture Épidémie

Coronavirus : pour Mélenchon, le moment est à "la solidarité"

Droite et gauche ont prôné l'"unité nationale" après le discours d'Emmanuel Macron jeudi 12 mars face au coronavirus, tout en appelant à "une remise en cause" du modèle économique ou politique actuel.

Emmanuel Macron, le 18 novembre 2019
Emmanuel Macron, le 18 novembre 2019 Crédit : ludovic MARIN / AFP
IMG_5140
Sarah Rozenbaum et AFP

En ce jeudi 12 mars, après l'allocution du président de la République, l'ensemble de l'échiquier politique français a salué les mesures annoncées tout en remettant en cause leur tardive arrivée et en appelant à la vigilance quant à leur exécution.

Prenant "acte" des décisions annoncées, le patron de LR, Christian Jacob, a regretté "qu'elles n'aient pas du tout été évoquées ce matin" par le Premier ministre lors d'une réunion avec les chefs de parti.

"Face à la crise du #Covid_19 la seule attitude possible est celle de la responsabilité collective. Ce soir, le président a répondu à une large part de nos demandes. Nous accompagnerons l'effort et veillerons à ce que les paroles se traduisent en actes", a de son côté assuré le Premier secrétaire du PS Olivier Faure.

Côté écologistes, le numéro un d'EELV Julien Bayou a "salué les mesures annoncées", érigeant la "cohésion nationale" en "élément indispensable". 

À lire aussi
La terrasse d'un café à Aix-en-Provence (illustration) coronavirus
Les infos de 18h - Coronavirus et confinement : quels sont les 4 scénarios possibles ?

Pour le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, le moment n'est pas à "la polémique" mais à la "solidarité et la cohésion", car "il faut chercher par tous les moyens à se rendre utile" en se portant "au secours des plus isolés, affaiblis, abandonnés". Mais "il aura fallu une crise, il est vrai mondiale, pour que le président de la République comprenne qu'un modèle de monde est mort et que le soin dû à tous est une priorité", a-t-il regretté.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a salué des "revirements spectaculaires" d'Emmanuel Macron sur les frontières, et a vu dans son allocution télévisée une "remise en cause totale du modèle ultralibéral, une ode au service public". Elle a aussi jugé "insensé" que le chef de l'État appelle à "éviter le repli nationaliste" face au coronavirus qui "n'a pas de frontières".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Discours
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants