12 min de lecture Coronavirus

VIDÉO - Coronavirus : Emmanuel Macron met en garde contre le "repli nationaliste"

MINUTE PAR MINUTE - Emmanuel Macron a pris la parole dans son allocution télévisée sur le coronavirus. Crèches, transports, entreprises... Le président de la République a multiplié les annonces.

Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 12 mars 2020.
Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 12 mars 2020. Crédit : Ludovic Marin / AFP
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto et Marie-Pierre Haddad

Des mesures économiques mais aussi du quotidien. Emmanuel Macron a pris la parole, ce jeudi 12 mars lors d'une allocution télévisée, pendant 27 minutes sur la crise du coronavirus. Face à "la plus grave crise sanitaire depuis un siècle", le président de la République s'est posé en rassembleur de la Nation pour faire accepter aux Français des mesures drastiques contre le coronavirus.

Il a fait appel à "la responsabilité" de chacun en demandant à tous de limiter "au strict nécessaire" les déplacements, et aux personnes âgées de plus de 70 ans et aux plus fragiles de rester chez eux. "La France unie, c'est notre meilleur atout dans la période troublée que nous traversons", a fait valoir jeudi le chef de l'Etat depuis son bureau de l'Elysée.

Le président de la République a aussi mis en garde contre le "repli nationaliste" face au coronavirus. Ce virus "n'a pas de frontières", a-t-il dit.

Retrouvez le discours de Macron

20h27 : Emmanuel Macron a appelé jeudi à "éviter le repli nationaliste" face au coronavirus qui "n'a pas de frontières", et assuré que les fermetures de frontières "quand elles seront pertinentes" seraient décidées "à l'échelle européenne". 

Critiquant la "division" dans la réponse face à la propagation de ce virus, il a indiqué lors d'une déclaration télévisée qu'il allait prochainement échanger avec le président américain Donald Trump. 

À lire aussi
L'université Paris I (Panthéon-Sorbonne) Coronavirus France
Coronavirus : les universités pourront rouvrir à la rentrée

20h20 : Selon le président de la République, l'Europe doit réagir "fort et vite" par la "relance" économique. Emmanuel Macron adresse un message directement aux Français : "Nous devons aujourd’hui éviter deux écueils, mes chers compatriotes. D’une part, le repli nationaliste, ce virus. Il n’a pas de passeport. Il nous faut unir nos forces, coordonner nos réponses, coopérer. La coordination européenne est essentielle et j’y veillerai"

20h14 : Le chef de l'État annonce aussi le report de la trêve hivernale de deux mois

"La santé n’a pas de prix. Le gouvernement mobilisera tous les moyens financiers nécessaires pour porter assistance, pour prendre en charge les malades, pour sauver des vies quoi qu’il en coûte", a ajouté Emmanuel Macron

"L’Europe a tous les atouts pour offrir au monde l’antidote aux COVID-19". Le président de la République annonce aussi une série de mesures "exceptionnelles et massives" avec le report des cotisations et des impôts dus en mars pour les sociétés. Autre annonce : la prise en charge de l'indemnisation des salariés contraints de rester chez eux. "Je compte sur les entreprises pour aider tous les salariés qui peuvent travailler chez eux à le faire. Je compte sur nous tous pour inventer dans cette période de nouvelles solidarités", ajoute-t-il.

"En parallèle", le président de la République a "demandé au gouvernement de préparer un plan de relance national et européen cohérent avec nos priorités et nos engagements pour l’avenir". "La Banque centrale européenne a déjà fait part aujourd’hui de ses premières décisions. Seront-elles suffisantes ? Je ne le crois pas. L’Europe réagira de manière organisée, massive, pour protéger son économie", ajoute-t-il.
 

"Dès demain", Emmanuel Macron échangera "avec Donald Trump pour lui proposer une initiative exceptionnelle entre les membres du G7, puisque c’est lui qui est à la présidence"

20h08 : Emmanuel Macron annonce que le premier tour des élections municipales se dérouleront bien comme prévues le dimanche 15 mars. 

"Il faut continuer de gagner du temps et de continuer à faire des sacrifices et d'en faire davantage. Dès lundi et jusqu'à nouvel ordre, les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités seront fermés. Fermés pour une raison simple : nos enfants et nos plus jeunes, selon les scientifiques, sont celles et ceux qui propagent, semble-t-il, le plus rapidement le virus", annonce Emmanuel Macron

Le président de la République ajoute que "les transports publics seront maintenus, car les arrêter, ce serait tout bloquer, y compris la possibilité de soigner."

20h03 : Le chef de l'État adresse aussi un message aux soignants et aux Français qui ont respecté les règles d'hygiène afin de freiner la progression du virus. "Nous ne sommes qu'au début de cette épidémie. Partout en Europe elle s'accélère et elle s'intensifie. Face à cela, la priorité absolue pour notre nation sera notre santé. Je ne transigerais sur rien et un principe nous guide pour définir nos actions", dit-il. 

La "priorité absolue" d'Emmanuel Macron est de protéger les personnes à risque. "Il faut continuer de gagner du temps et suivre celles et ceux qui sont les plus fragiles. Je demande ce soir à toutes les personnes âgées de plus de 70 ans celles et ceux qui souffrent de maladies respiratoires de rester autant que possible à leur domicile. Elles pourront bien sûr sortir de chez elle mais elle doivent limiter leur contact au maximum", ajoute-t-il

20h : Emmanuel Macron prend la parole. "Depuis quelques semaines, notre pays fait face à la propagation du COVID-19 qui a touché plusieurs milliers de nos compatriotes", dit le président qui adresse une "pensée émue et heureuse" aux victimes et à leurs familles. 

Le président de la République qualifie cette crise comme étant "la plus grave crise sanitaire qu'ait connu la France" depuis un siècle.

19h52 : Dans un communiqué publié en fin de journée, la présidence de l’Assemblée nationale indique que seize personnes ont été contaminées par le coronavirus, parmi lesquels dix députés, quatre membres du personnel et deux collaborateurs.
 
Quatre nouveaux députés ont annoncé être atteints par le coronavirus : Sandrine Mörch (LaREM) et Raphaël Gérard (LaREM), André Chassaigne (PCF) et Maina Sage (UDI). Les autres députés concernés sont les socialistes Michèle Victory et Sylvie Tolmont, les marcheurs Guillaume Vuilletet et Elisabeth Toutut-Picard, ainsi que Jean-Luc Reitzer, du groupe LR, seul député à être sévèrement atteint.

19h44 : Une application santé destinée au suivi médical à domicile des patients porteurs ou suspectés Covid-19 qui ne nécessitent pas d’hospitalisation, annonce l'AP-HP

19h39 : Le gouvernement réfléchit à des mesures d'aménagement de sa réforme controversée de l'indemnisation du chômage, qui doit entrer en vigueur le 1er avril et concerne en premier lieu les travailleurs précaires, les plus susceptibles d'être touchés par les conséquences du coronavirus. 

"D'ici quelques jours, on annoncera ce qu'on fait pour les chômeurs qui sont aussi des travailleurs précaires, on est en train de regarder différentes options", a annoncé Muriel Pénicaud, interrogée sur cette réforme qui durcit le calcul de l'allocation pour les "permittents", ces travailleurs qui alternent contrats courts et périodes de chômage. 

Sans remettre en cause sur le fond "une très bonne réforme", la ministre du Travail a reconnu "un contexte nouveau" qui va la conduire à prendre "la mesure la plus efficace pour les travailleurs précaires", d'autant plus que ceux-ci sont nombreux dans les secteurs les plus touchés par la crise, comme le tourisme, la restauration ou l'événementiel. 

19h20 : "C’est dans des circonstances comme celle-là, où règne une panique, sans doute surdimensionnée, mais réelle, que peut se révéler un chef d’État. Il y a deux ans, Emmanuel Macron avait déclaré : 'Paradoxalement, ce qui me rend optimiste, c’est que l’histoire en Europe redevient tragique'. Il voulait dire par là que l’évidence du danger pouvait amener les dirigeants européens à se ressaisir", analyse Olivier Mazerolle dans RTL Soir.

Et d'ajouter : "Même si la situation n’est pas encore tragique, elle est suffisamment grave pour les chefs d’Etat démontrent ce qu’ils savent faire. C’est l’occasion pour Emmanuel Macron de le démontrer",

19h13 : Les autorités sanitaires ont annoncé la "déprogrammation immédiate" des opérations chirurgicales "non urgentes"

19h04 : Report ou pas... Il faudra attendre les mots présidentiels ce soir pour le savoir. Mais comment justifier légalement une telle décision à trois jours du scrutin ?  Pour le constitutionnaliste Jean-Philippe Derosier, ce sera très compliqué. Au micro de RTL, il évoque un possible report des élections d'une semaine, ce qui devrait donner le temps au gouvernement de mettre en place cela.

18h56 : La panique a gagné jeudi les marchés face à la pandémie de coronavirus et son impact redouté sur l'économie mondiale, paralysée par une cascade de mesures de protection dans le sillage de l'interdiction temporaire d'entrée aux États-Unis des voyageurs en provenance d'Europe. 

En Europe notamment, où plus de 20.000 cas sont déjà signalés, l'épidémie poursuit sa progression inexorable, bouleversant la vie quotidienne des populations, de la limitation de déplacements aux fermetures de frontières.  

18h47 : L'opposition est montée au créneau jeudi contre toute idée de report des élections municipales de dimanche, dénonçant par avance un "coup d'État" ou un "coup de force anticonstitutionnel". 

"Si c'était le cas, c'est un coup d'État, c'est un coup de force institutionnel, c'est l'utilisation de la crise sanitaire pour éviter une débâcle électorale", a affirmé à l'AFP le président des Républicains Christian Jacob, à quelques heures d'une intervention très attendue du chef de l'État. 

Selon un sondage Odoxa publié ce jeudi, près de deux Français sur trois (64%) jugeaient que le gouvernement avait eu raison de ne pas repousser le premier tour des municipales, contre 36% d'un avis contraire. 

18h36 : En prévision des municipales dimanche, le ministre de la Santé Olivier Véran a insisté sur le fait que du gel hydroalcoolique serait mis à disposition "à l'entrée et à la sortie" des bureaux et que les électeurs pourront apporter leur propre stylo pour émarger. Et "partout où c'est nécessaire", les bureaux de vote seront nettoyés, a assuré le ministre

18h23 : Le dernier comptage en France fait état de 2.281 cas, dont 105 graves, et de 48 décès - soit en 24 heures 15 morts de plus et près de 500 nouvelles contaminations. Le chef de l'État devrait évoquer les réponses sanitaires, économiques ou sociales pour faire face à la propagation de l'épidémie, qui fait chuter en spirale les Bourses mondiales. 

Plusieurs pays d'Europe, comme l'Italie et la Grande-Bretagne, ont déjà annoncé d'importantes enveloppes budgétaires pour contrebalancer les effets de la crise sur l'économie. En France, plusieurs pistes ont été évoquées par le gouvernement, comme le déplafonnement du dispositif de chômage technique ou un report de la réforme de l'assurance-chômage

18h14 : L'allocution d'Emmanuel Macron a été annoncée hier soir. Il s'agissait alors de rassurer les Français. Mais entre-temps, Donald Trump a annoncé la fermeture des frontières américaines.

L'annonce du président américain cette nuit et les nouvelles données scientifiques de la matinée ont tout changé. Le discours rassurant de l'Élysée n'est plus d'actualité. "Désormais tout est sur la table y compris des restrictions dures", confirme un familier du palais. Confinement, fermeture d'écoles et de crèches... et même annulation des élections municipales. La situation évolue d'heure en heure. 

Pour tout chambouler, le calendrier est ultra serré. Le gouvernement pourrait d'abord décaler le scrutin d'une semaine en prenant un décret mais pour un vrai report, il faut un projet de loi qui peut prendre du temps. Autre solution : l'état d'urgence ou l'article 16 de la Constitution donne au chef de l'État des pouvoirs exceptionnels en cas de force majeure. 
18h : Bonsoir et bienvenue dans ce live. À 18h15, Thomas Sotto recevra Alexandre de Jugnac, directeur général d’IATA (Association international du transport aérien).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Vidéo Entreprises
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants