1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : non, la vaccination à ARN messager ne rend pas stérile
2 min de lecture

Coronavirus : non, la vaccination à ARN messager ne rend pas stérile

FACT CHECKING - Une rumeur qui circule sur les réseaux sociaux depuis décembre prétend que la vaccination à ARN rend stérile.

Flacons du vaccin Pfizer/BioNTech. (Illustration)
Flacons du vaccin Pfizer/BioNTech. (Illustration)
Crédit : LUIS ACOSTA / AFP
Coronavirus : non, la vaccination à ARN messager ne rend pas stérile
02:38
Coronavirus : non, la vaccination à ARN messager ne rend pas stérile
02:38
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Camille Guesdon

La vaccination à ARN ne rend pas stérile. Depuis fin décembre, cette fausse information prend de l’ampleur. On la retrouve notamment sur Facebook avec des messages affirmant que 97% des vaccinés deviennent stériles, et que même une relation sexuelle avec un homme immunisé suffit à nuire à la fertilité d'une femme, et que tout cela pourrait "stériliser une génération entière". Des publications en anglais, en espagnol, en portugais, en français reprenant une lettre de Wolfgang Wodarg, un médecin allemand très critique envers les mesures sanitaires pour contrer le virus et notamment les vaccins. 

Dans une missive adressée à l’OMS, Wodarg prétend que la technologie ARN conduit à la fertilité des patientes, une théorie relayée par le Dr Louis Fouché en France, prétendant que cette technique vaccinale induirait l’organisme en erreur et se tromperait de cible en provoquant des infertilités. C'est une hypothèse extrêmement rare et balayée par la plupart des professionnels de santé donc il n'y a pas d’inquiétude à avoir.

Cette intox a de vraies conséquences aux États-Unis

Près des deux tiers des personnes disant être sûres qu'elles ne se feront pas vacciner s'inquiètent des conséquences sur leur fertilité, selon une étude américaine publiée début mai. Et environ la moitié des personnes n'ayant pas encore reçu de dose disent craindre que "le vaccin contre le Covid-19 puisse avoir un effet négatif sur leur fertilité à l'avenir", affirme la Kaiser Family Foundation, une ONG visant à informer le public sur les questions de santé.

Chez les 18 à 49 ans, 50% des femmes et 47% des hommes expriment de telles inquiétudes. Ces fausses informations des anti-vaccins radicaux, qui cette fois-ci agissent comme de vrais communicants en ciblant leurs victimes, à savoir les femmes enceintes et donc la politique familiale. 

La vaccination ralentit aux États-Unis

À lire aussi

Actuellement, 46% des Américains ont reçu au moins une dose de vaccin contre 30% des Français. Mais l’écart tend à se réduire. Et l’objectif fixé par Joe Biden risque de ne pas être atteint. Cet objectif, c’est 70% de la population avec au moins une injection d’ici au 4 juillet. La situation se complique car l'intox arrive au moment où les plus sceptiques ne veulent pas entendre parler d’aiguille, où pour d’autres la pandémie est terminée. Face à ce genre de fausses informations, il y a un geste barrière à respecter sur les réseaux sociaux, ne pas partager.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/