2 min de lecture Vaccin

Coronavirus : Michel Cymes note une baisse du nombre de Français opposés au vaccin

Alors que les Français se posent beaucoup de questions sur le vaccin, Michel Cymes tente d'y répondre.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Ça va Beaucoup Mieux du 13 janvier 2021 Crédit Image : VALERY HACHE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Emmanuelle Brisson

Il semblerait tout d'abord y avoir moins de scepticisme qu'il y a quelques semaines, les chiffres entendus ici ou là semblent aller dans la bonne direction, les prochains seront publiés dans quelques jours par Santé Publique France, mais il y aussi, et c’est souvent un bon critère, ce que nous entendons, nous médecins, dans les conversations que nous pouvons avoir avec nos patients ou nos amis.

Il y a seulement quelques semaines, il me fallait argumenter auprès de ceux qui me disaient qu’ils n’étaient pas convaincus et même qu’ils n’allaient pas se faire vacciner. Toujours les mêmes doutes, pourquoi est-ce allé si vite, on n’a pas assez de recul, etc. Aujourd’hui, on me demande surtout si je n’ai pas un moyen de les faire vacciner plus vite. Et bien sûr je n’en ai pas.

Cette remontée de ceux qui veulent se faire vacciner est due à plusieurs choses. Il y a le recul et l’absence d’effets secondaires sur les millions de personnes déjà vaccinées. Et puis il y a l’exemplarité. Vous savez que je me suis fait vacciner il y a une semaine, j’espère que les auditeurs de RTL qui me font confiance ont été rassurés de voir que je n’avais pas eu d’effets secondaires mais il n’y a pas que moi bien sûr. Axel Kahn, René Frydman, l’appel des célébrités et surtout la vaccination de leur médecin traitant, tout ça a joué et les gens se disent probablement que, quand ce sera leur tour, il faudra y aller.

Et puis, j’ai l’impression que les arguments irrationnels des antivaccins ne passent plus. Ou du moins plus aussi bien qu’avant. Quand on crie au cobaye, aux risques d’accidents graves, aux puces qu’on vous injecterait dans le corps pour vous surveiller, et que vous voyez que finalement il ne se passe rien, vous finissez par douter de ce que l’on essaye de vous faire avaler.

Le vaccin protège t-il contre le variant anglais ?

À lire aussi
Coronavirus France
Vaccins : "On est en flux tendu", alerte le directeur régional de l'ARS Île-de-France

D’après les experts, les anticorps que l’on fabrique grâce à la vaccination empêchent toujours le virus d’entrer dans les cellules, car ils attaquent les fameux spicules à la surface du virus et que les mutations n’ont pas entrainé de grandes modifications de ce côté-là, en tous cas pas suffisantes pour empêcher le vaccin d’être efficace.

"Le" ou "la" covid ?

Moi j’ai toujours dit "le" covid, mais vous dites comme vous voulez. Vous savez pourquoi l’Académie Française , dans sa grande sagesse, a recommandé le féminin ? C’est parce que Covid c’est "co" pour Corona, "vi" pour virus et le "d" pour Disease et que Disease ça veut dire maladie et que maladie c’est féminin. Mais que ce soit "le" ou "la" on parle de la même chose.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vaccin Coronavirus Coronavirus France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants