2 min de lecture Grande-Bretagne

Coronavirus : les masques en tissus protègent-ils du variant britannique ?

Dans ses nouvelles recommandations, le Haut conseil de la santé publique conseille de "porter un masque en tissu réutilisable de catégorie 1, plutôt que des masques de catégorie 2".

>
Coronavirus : les masques en tissus protègent-ils du variant britannique ? Crédit Image : FRANCK FIFE / AFP | Crédit Média : Virginie Garin | Durée : | Date :
Virgine Garin
Virginie Garin et La rédaction numérique de RTL

Maintenant que le variant britannique circule en France, la question des masques revient sur la table. Sont-ils tous adaptés à cette nouvelle souche plus contagieuse ? La réponse est non d'après le Haut conseil de la santé publique (HCSP), qui préconise d'éviter le port de certains masques en tissu, qui seraient moins efficaces. 

"À l'occasion de la pénétration en Europe de certains nouveaux variants (...) plus transmissibles, alors que les modes de transmission n'ont pas changé, se pose la question de la catégorie des masques que l'on peut proposer dans la population générale", a déclaré Didier Lepelletier, coprésident du groupe de travail Covid-19 du HCSP, sur BFMTV.

Le groupe de travail de cette instance consultative a ainsi mis au point de nouvelles recommandations ce week-end, afin de les transmettre au ministère de la Santé, a précisé le Professeur. En outre, il a qualifié de "bonne chose en cette période" le fait de "porter un masque en tissu réutilisable de catégorie 1, plutôt que des masques de catégorie 2 qui filtrent un petit peu moins bien, voire des masques fabriqués de manière artisanale là où aucun contrôle sur leur performance n'est réalisé".

Les masques FFP2 pas recommandés pour le grand public

D'après les normes établies par l'Afnor, les masques de catégorie 1 filtrent 90% des particules, tandis que ceux de catégorie 2 n'en bloquent que 70%. "Les masques en tissu de catégorie 1, fournis par les industriels, validés par la direction générale des armées, en termes de performance, sont aussi efficaces que les masques chirurgicaux", a assuré Didier Lepelletier, également médecin hygiéniste et de santé publique.

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus en France : 300 morts à l'hôpital, hausse des cas en réanimation

Concernant l'usage des masques FFP2, qui filtrent au moins 94% des aérosols, dans la population générale, le Professeur juge que ce "n'est pas forcément une bonne chose parce qu'on ne pourra pas contrôler" qu'ils sont "bien portés" et "adaptés à la morphologie du visage". 

De plus, le groupe de travail du HCSP conseille également d'assurer une distanciation sociale de deux mètres entre chaque personne au lieu d'un mètre. "À l'occasion des avis du mois de décembre sur les commerces ou sur les fêtes de fin d'année, on est effectivement passé à ces 2 mètres. La pénétration des nouveaux variants (...) est peut-être l'occasion d'officialiser ces 2 mètres", a-t-il déclaré. Ces recommandations sont "des avis qui sont scientifiques et qui ont pour but d'éclairer la prise de décision politique sanitaire", a rappelé le Pr Lepelletier. Le ministère de la Santé peut choisir de suivre ou non les avis du Haut conseil de la santé publique.

Lire la suite
Grande-Bretagne Médecine Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants