1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : le rythme de la vaccination ralentit à l'approche de l'été
2 min de lecture

Coronavirus : le rythme de la vaccination ralentit à l'approche de l'été

À l'approche de l'été, la vaccination contre la Covid-19 diminue en France, il y a moins de premières injections que les semaines précédentes.

Photo d’une seringue de vaccin Pfizer/BioNtech contre le Covid-19. (Illustration)
Photo d’une seringue de vaccin Pfizer/BioNtech contre le Covid-19. (Illustration)
Crédit : FRED TANNEAU / AFP
La vaccination anti-Covid ralentit à l'approche des vacances d'été
02:17
Agathe Landais - édité par Camille Guesdon

Alors que l'on s'approche de l'été, la vaccination contre la Covid-19 commence à se tasser. Plus de 300 000 rendez-vous sont disponibles dans les jours à venir pour recevoir une première dose.

Le rythme global des injections est toujours soutenu. Mais c'est vrai qu'il y a moins de premières injections : 1,7 million la semaine dernière, c'est 620 000 de moins que la semaine précédente. 

Au ministère de la Santé on nous explique que ce ralentissement était prévisible. Il s'est passé la même chose dans les pays en avance sur nous dans leur vaccination comme en Israël, aux États Unis et en Angleterre. Dès qu'ils ont dépassé les 50% d'adultes vaccinés, la courbe des premières injections a augmenté moins vite. C'est donc aussi le cas chez nous, où désormais 60% des plus de 18 ans ont reçu une première dose.

Les autorités de santé redoutent une vraie baisse de la vaccination, avec les départs en vacances

Pour anticiper les départs en vacances, on va livrer plus de doses aux régions touristiques pour vacciner sur le lieu de vacances. Les généralistes exerçant dans ces zones auront d'ailleurs accès à des doses de vaccin Pfizer, réservées jusque là uniquement aux centres de vaccination.

À lire aussi

À l'inverse, on va fermer des centres de vaccination dans des régions quittées par les vacanciers, comme en Île-de-France. Ils seront remplacés par plus de dispositifs "aller-vers", pour vacciner a domicile, devant des foyers de personnes précaires, ou encore dans des lieux très passants comme les centres commerciaux.

C'est maintenant que tout se joue, si l'on veut stopper le variant indien

Le variant indien est toujours très peu présent sur le territoire mais les épidémiologistes pensent qu'il pourrait provoquer une nouvelle vague de contaminations dès cet automne. Pour l'éviter, il faut se faire vacciner dès maintenant car on voit, avec ce qu'il se passe en Angleterre, que les vaccins sont efficaces sur ce variant. 

Ils préviennent à 90% des formes graves, et limitent la transmission. Résultat aujourd'hui les Britanniques ne sont pas confinés, leurs hôpitaux ne sont pas saturés, pourtant ils enregistrent chaque jour plus de 10.000 nouveaux cas de variant indien. Ces contaminations touchent essentiellement les jeunes qui sont les moins vaccinés.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/