2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : la baisse des contaminations est "très lente", estime l'épidémiologiste Vittoria Colizza

INVITÉE RTL - "Avec une réouverture, on pourrait s'attendre à un ralentissement de cette descente, qui n'est déjà pas si forte que ça", prévient la spécialiste en modélisation des maladies infectieuses à l'Inserm.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Coronavirus : la descente des contaminations est "très lente", estime Vittoria Colizza, directrice d Crédit Image : Capture d'écran RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Marie Gingault

Tandis qu'Emmanuel Macron commence à préciser les étapes du déconfinement progressif, l'épidémiologiste et spécialiste de la propagation du coronavirus et de ses variants, Vittoria Colizza, fait état d'une descente "très très lente" des contaminations. 


"Aujourd'hui, les données nous indiquent qu'on a passé un pic plus ou moins après la première semaine d'avril, et on est en descente, mais cette descente est assez lente et en même temps on se trouve à un niveau d'incidence assez élevé : R effectif est estimé autour de 0,9, donc ce n'est pas une descente formidable", souligne la directrice de recherches. 

"Avec 0,9 cela veut dire qu'il nous faut un mois pour plus ou moins diviser par deux le nombre de cas", indique Vittoria Colizza, qui rappelle qu'"aujourd'hui on se trouve à 30.000 cas par jour", contre 10.000 à la sortie du deuxième confinement. "Avec une réouverture, on pourrait s'attendre à un ralentissement de cette descente, qui n'est déjà pas si forte que ça. Cela pourrait nous porter vers un plateau, ce qu'on a déjà connu à la sortie du deuxième confinement", prévient l'épidémiologiste. 

On a besoin de mesures peut-être plus fortes que ça

Vittoria Colizza - Directrice de recherche à l'INSERM, spécialiste en modélisation des maladies infectieuses
Partager la citation

"Si on veut rouvrir certains lieux sociaux, il faut aussi se préparer pour éviter que ça puisse empirer la situation épidémiologique", alerte Vittoria Colizza. "La descente est très très lente, on n'est pas dans les conditions de descente qu'on avait observées en Irlande ou au Royaume-Uni, qui ont mis en place un confinement strict avec écoles fermées, qui avaient donné des R effectif autour de 0,7, ça veut dire qu'après deux semaines on se retrouve à la moitié d'écart", alerte la spécialiste. 

À lire aussi
vaccin
Pass sanitaire : les personnes déjà infectées à la Covid-19 pourront en bénéficier sous conditions

Cette lenteur dans la chute des contaminations est due, selon Vittoria Colizza, aux mesures actuelles "qui sont moins strictes" par rapport à celles mises en place lors des premiers confinements. "Le taux d'incidence est si élevé, que pour pouvoir le baisser rapidement on a besoin de mesures peut-être plus fortes que ça, plus strictes", préconise l'épidémiologiste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Épidémie Risque sanitaire
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants