2 min de lecture Vaccin

Vaccin contre le coronavirus : faut-il craindre la rupture de la chaîne du froid ?

FACT CHECKING - Des scientifiques et des politiques craignent une rupture de la chaîne du froid pour conserver les vaccins anti-Covid, qu'en est-il vraiment ?

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Vaccin contre le coronavirus : faut-il craindre la rupture de la chaîne du froid ? Crédit Image : Robyn Beck / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par William Vuillez

Au réveillon de noël, les sujets de conversation risquent de tourner autour des masques, des vaccins et même des congélateurs, ça sera peut-être passionnant. Beaucoup s’interrogent sur ce froid artificiel qui sert à maintenir efficace les doses de vaccins et notamment un Jean-Luc Mélenchon.

"Un vaccin qui se fabrique à -60, on connait les produits surgelés. Ce vaccin qui dépend de la chaîne du froid m'inquiète", disait-il dimanche sur BFM. L’argument Croustibat du leader insoumis à fait mouche chez beaucoup qui n’ont pas hésité à laisser des messages sur les réseaux sociaux s’interrogeant sur cette fameuse chaîne du froid concernant les vaccins. Un d’entre eux, assez sombre, n’a pas hésité à écrire : "Si ça lâche on est foutu".

Déjà quand on parle de vaccins conservés à très basses températures, ça ne concerne que le plus célèbre pour l’instant à savoir Pfizer/BioNtech qui a besoin d'être conservé à -70°C pour garder toutes ses propriétés pendant six mois. Il représente 12% de capacité de vaccin en France mais on a commandé à d’autres laboratoires aussi comme Moderna qui se conserve à -20°C ou Astra Zeneca entre 2 et 8 degrés mais l’arrivée sera plus tardive. Donc chaque vaccin a sa spécificité.

Comment les vaccins sont-ils conservés et transportés

Pour les vaccins Pfizer, ceux actuellement inoculés qui se conservent à des températures "ultra-basses", c'est tout un système spécial qui a été pensé par le laboratoire, explique Le Parisien. Des plateaux de doses sont stockés dans des conteneurs réfrigérés, à l'équivalent de 5.000 doses par boîte. Pour l'Europe, les vaccins seront surtout émis de Puurs, en Belgique, et transportés en trois jours vers leur site d'utilisation, affirme Pfizer. Le 12 novembre dernier, Olivier Véran a annoncé la commande de 50 super congélateurs

À lire aussi
adolescent
Coronavirus : comment va se passer la vaccination des ados ?

Le 6 décembre la Direction générale de la santé a détaillé dans un document destiné aux établissements de santé, les consignes logistiques. Elles sont extrêmement précises et strictes. "Les lieux de stockage seront très sécurisés. Pour y entrer, il faudra disposer d'une clé ou composer un code secret. C'est le pharmacien responsable de la pharmacie hospitalière qui veillera sur l'ensemble de ces stocks, comme en temps normal pour les médicaments" explique t-on dans le JDD. De plus, Pfizer assure glisser dans les boites contenant des vaccins, des GPS thermiques afin de vérifier la température.

Que se passe-t-il si la température augmente

Si la température augmente, on jette le vaccin puisqu’il devient inefficace. Des pertes liées aux conditions spécifiques de stockage pourraient se produire, et doivent donc être anticipées d’où le nombre impressionnant de doses de vaccins achetées pour la France, 200 millions, on y inclut les pertes également. La prudence est donc de mise dans le respect de la chaîne du froid. Mais avec les vaccins comme avec les surgelés, il ne faut pas oublier de fermer la porte du congélateur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vaccin Froid Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants