2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : comment s'organisent les hospitalisations à domicile ?

ÉCLAIRAGE - Des milliers de patients sont maintenus hospitalisés à domicile ou dans les Ehpad, permettant de libérer des lits dans les hôpitaux.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus : comment s'organisent les hospitalisations à domicile ? Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Sophie Aurenche édité par Ryad Ouslimani

En France, plusieurs milliers de personnes sont hospitalisées à domicile. À Argenteuil, ce sont donc les infirmières de l’hôpital qui vont au domicile. Les choses sont en train de se réorganiser un peu différemment avec la Fondation Santé Service qui suit, toute pathologies confondues 2.000 patients en Ile-de-France. 

Le principe de l’hospitalisation à domicile, c’est un hôpital sans les murs. Tout un réseau de soignants libéraux, médecins, kiné, infirmières, qui se relaient au chevet du patient, chez lui, avec une surveillance permanente, en lien avec l’hôpital. Tout est réglementé, bien sûr. Il y a ainsi un nombre de lits autorisés par région. 128.000 malades ont été pris en charge chez eux l’an dernier pour des soins palliatifs, des chimiothérapies, des pansements compliqués, et donc des malades du Covid.

On ne connaît pas encore le chiffre de ces derniers pour cette 2ème vague, mais pour la 1ère, entre 4.000 et 5.000 malades ont pu rester chez eux ou dans les Ehpad, selon les données de la Fédération.

Un outil contre la pression hospitalière

La Fondation Santé Service, dont on parlait à l’instant, avait suivi 150 patients au printemps. Ça sera (au moins) 10% de plus cette fois-ci. Avec une grosse différence avec la 1ère vague, c’est qu’il y a désormais des patients sous oxygénothérapie chez eux. C’est aussi une demande du ministère. Il faut que les malades soient stabilisés pour éviter que leur état se dégrade en quelques heures. Dans tous les cas, c’est le médecin qui décide.

À lire aussi
Une station de ski (illustration) coronavirus
Stations de ski : "Ne tuez pas la montagne", demandent des élus à Macron

Par rapport à la première vague, il y a aussi plus de demandes des Ehpad, et des malades quittent un peu plus tôt des centres de soins pour terminer leur rééducation respiratoire à la maison. Cela libère aussi des places après le séjour à l’hôpital. L’enjeu, c’est vraiment de faire baisser la pression dans les services.

5.000 patients hospitalisés à domicile sur les dizaines de milliers qui ont été hospitalisés, ça paraît peu, mais à l’échelle d’un établissement, libérer un lit ou deux, cinq lits, c’est énorme. Autre avantage : les malades restent moins longtemps à l’hôpital. À l’AP-HP par exemple, la durée de séjour en réanimation est passée de 17 à 12 jours entre la première et la deuxième vague, grâce à une meilleure prise en charge à domicile. Et en général, le malade préfère être à la maison, dans son environnement, qu’entre 4 murs d’une chambre d’hôpital !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Épidémie Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants