1 min de lecture Santé

Coronavirus : cinq cas de myocardite sous surveillance après le vaccin Pfizer

L'ANSM a annoncé vendredi 30 avril que cinq cas de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque souvent bénigne, ont été détectés en France chez des patients ayant reçu le vaccin Pfizer/BioNTech.

Une infirmière prépare une seringue avec une dose du vaccin Pfizer-BioNtech Covid-19, dans un centre de vaccination de Quimper, dans l’ouest de la France, le 30 avril 2021.
Une infirmière prépare une seringue avec une dose du vaccin Pfizer-BioNtech Covid-19, dans un centre de vaccination de Quimper, dans l’ouest de la France, le 30 avril 2021. Crédit : FRED TANNEAU / AFP
Camille Guesdon
Camille Guesdon et AFP

Alors que le vaccin AstraZeneca a été pointé du doigt pour des effets secondaires graves, c'est maintenant au tour du vaccin Pfizer/BioNTech. Vendredi 30 avril, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a annoncé que cinq cas de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque (bénigne dans la majorité des cas), ont été détectés en France chez des personnes vaccinées avec le vaccin Pfizer/BioNTech. 

Pour l'heure, le lien entre ces en effets secondaires graves et le vaccin, administrés plus de 14 millions de fois (première et deuxième dose confondues, n'a pas été établi. L'ANSM a ainsi souligné que "les données disponibles n'apportent pas, à ce stade, suffisamment d'éléments pour conclure sur un rôle du vaccin, mais constituent néanmoins un signal potentiel" de pharmacovigilance qui doit être surveillé.

Le signalement a commencé suite à des cas de myocardites chez des hommes jeunes en Israël après l'injection d'une deuxième dose du vaccin Comirnaty. Ces cas ont conduit les centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV), le comité de suivi de l'ANSM, "à analyser de nouveau les données relatives aux cas de myocardites et myopéricardites recueillies par les CRPV en France depuis le début de la vaccination".

16.030 cas d'effets indésirables ont été analysés

L'ANSM a déclaré que ces effets indésirables "feront l'objet d'un suivi spécifique et seront partagés au niveau européen", avec l'Agence européenne des médicaments (EMA). Pour l'instant, depuis le début de la vaccination avec Pfizer/BioNTech, 16.030 cas d'effets indésirables ont été analysés, en majorité des effets "attendus et non graves" sur plus de 13,6 millions d'injections réalisées au 22 avril.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Épidémie Coronavirus France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants