1. Accueil
  2. Actu
  3. Santé
  4. Autotests à l'école : "On est sur un taux d'adhésion inférieur à 10%", déplore un directeur

Autotests à l'école : "On est sur un taux d'adhésion inférieur à 10%", déplore un directeur

INVITÉ RTL - Bruno Bobkiewicz, secrétaire national du Syndicat National des Personnels de Direction de l'Education Nationale explique l'échec de ce dispositif à l'approche des examens de fin d'année.

Les autotests sont pour l'instant un échec dans les écoles françaises (illustration)
Les autotests sont pour l'instant un échec dans les écoles françaises (illustration)
Crédit : JC MILHET / HANS LUCAS VIA AFP
Autotests à l'école : "On est sur un taux d'adhésion inférieur à 10%", déplore un directeur
07:46
RTL Petit Matin - Julien Sellier
Julien Sellier
Animateur

Les examens de fin d'année approchent, hors, le virus sévit toujours. Il y a un mois, le ministre de l'éducation nationale Jean-Michel Blanquer, expliquait que les autotests allaient se multiplier dans les écoles pour prévenir les clusters. 

Mais les chefs d'établissement parlent déjà d'un potentiel fiasco. Bruno Bobkiewicz, proviseur de la cité scolaire Berlioz de Vincennes et secrétaire national du SNPDEN alerte sur ces fameux autotests. Selon lui, les parents n'en veulent pas : "Les volontaires ne sont pas au rendez-vous. On a essayé de répondre à la demande mais force est de constater que les élèves et parents ne sont pas au rendez-vous. On est sur un taux d'adhésion en général inférieur à 10%". Le syndicaliste propose que les autotests soient faits à la maison, plutôt qu'à l'école.

Il explique cet échec par l'approche des examens : "La fin d'année représente un enjeu important, certains élèves de seconde ont une pression sur le passage en classe supérieur, et on n'a pas envie d'être évincés en étant testés positifs. Il y a aussi l'effet collectif : si je suis positif, j'entraîne avec moi ma classe et je peux faire prendre un risque aux autres. Enfin, on est dans une période où le virus recule et qui n'est donc pas propice à se faire autotester".

Une quarantaine nationale avant les examens ?

Le syndicat plaide pour une quarantaine nationale quelques jours avant les examens : "On pourrait imaginer une quarantaine sanitaire de quelques jours pour éviter de faire prendre un risque aux collégiens et aux lycéens qui pourraient se retrouver positifs à quelques jours des examens. Ça ne peut pas être une initiative locale. C'est une idée qui fait son chemin."

À lire aussi

Enfin, Bruno Bobkiewicz s'inquiète toujours du taux de décrochage dû au distanciel : "Lorsqu'on éloigne les élèves de la classe, on perd les plus fragiles et les plus jeunes d'entre eux."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/