2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : 3 éléments à connaître sur les autotests

ÉCLAIRAGE - À partir de ce lundi 12 avril, ces tests seront disponibles à la vente dans les pharmacies. Moins inconfortables que les PCR traditionnels, ils permettent d'obtenir un résultat en une quinzaine de minutes.

Un test de dépistage de la Covid-19 (illustration)
Un test de dépistage de la Covid-19 (illustration) Crédit : KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Ils étaient attendus depuis longtemps, promis pour la mi-mars, et arrivent finalement ce lundi 12 avril. À partir de maintenant, les autotests pour dépister le nouveau coronavirus sont officiellement autorisés à la vente. 

Alors que le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes en France reste élevé, le ministre de la Santé, Olivier Véran avait décrit ces autotests comme "un outil de plus" dans la lutte contre l'épidémie. Ceux-ci devraient particulièrement être employés dans les milieux scolaires, le ministre ayant évoqué dans un entretien au Journal du Dimanche "jusqu'à deux tests par semaine, par élève et par enseignant."

D'une utilisation difficile à une fiabilité questionnée, plusieurs motifs ont été évoqués pour expliquer l'absence d'autotest jusqu'à présent, alors que d'autres pays européens, comme l'Allemagne, avaient déjà fait le choix d'une autorisation de vente. Voici des éléments de réponse pour mieux comprendre ce nouvel instrument.

1. Des tests à destination des asymptomatiques

De la fièvre ? Une perte de l'odorat ? Si des symptômes de la Covid-19 se sont déjà déclarés, l'utilisation de ces autotests est "formellement contre-indiquée"comme l'affirme le ministère de la Santé.

À lire aussi
maladie
Vaccin contre le coronavirus : comment réserver une dose restante de vaccin dès aujourd'hui

Une position qui s'appuie sur un avis de la Haute autorité de santé (HAS) en date du 15 mars 2021. Celui-ci préconise en effet une administration aux seules personnes de plus de 15 ans et qui ne présente jusqu'alors aucun symptôme.

2. Un risque de "faux négatifs"

Si les autotests sont, dans une majorité de cas, fiables, les risques de faux négatifs demeurent. Dans son avis du 15 mars, la HAS souligne que "les premiers éléments bibliographiques" provenant d'études sur ces tests permet d'établir qu'ils seraient efficaces dans 50% à 60% des cas pour les personnes asymptomatiques. Pour être autorisé, un test doit être efficace dans 80% à 95% lorsque la personne est symptomatique, ce qui sera donc le cas des autotests mis en vente.

Pour réduire les risques de faux négatif, le ministère de la Santé enjoint à un usage "itératif" de ces tests, c'est-à-dire que le dépistage doit être répété "une à deux fois par semaine". Il confirme par ailleurs un risque de "faux négatifs" accentué par le fait que le test n'est pas effectué par un professionnel. C'est pourquoi un résultat positif lors d'un autotest doit nécessairement être suivi d'un "PCR de confirmation", et qu'il est appelé à ne pas "lever les gestes barrières", même avec un résultat négatif.

3. Disponibles uniquement en pharmacie

Pour garantir une meilleure utilisation, l'arrêté du 10 avril 2021 qui fixe les conditions de vente de ces autotests fait le choix de limiter leur disponibilité aux pharmacies. Contrairement à d'autres pays européens, ils seront ainsi indisponibles en grande surface. Ces tests "ne nécessite pas de présence de professionnels de santé" mais nécessite "un accompagnement", justifie le texte. Dans cet ordre d'idée, la vente sur Internet sera interdite.

S'agissant de leur prix de vente, ce même arrêté précise qu'un test individuel ne pourra être vendu à plus de 4,70 euros jusqu'au 15 mai, puis à 3,70 euros. Il sera remboursé intégralement pour les salariés qui interviennent à domicile auprès de personnes âgées ou handicapées ou encore pour les accueillants familiaux qui accompagnent ces mêmes groupes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Épidémie Maladie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants