1 min de lecture Drogue

Alpes-Maritimes : Cannes interdit la consommation et la vente de gaz hilarant

VU DANS LA PRESSE - À Cannes, consommateurs et vendeurs de protoxyde d'azote peuvent désormais être sanctionnés. La mairie a pris cette décision le lundi 29 juin, afin de lutter contre le détournement de ce produit.

Le "gaz hilarant" présente des dangers pour la santé
Le "gaz hilarant" présente des dangers pour la santé Crédit : M6 / Martin Gabriels et Victor Bastard
Nicolas Barreiro

Le "gaz hilarant" ou protoxyde d'azote devient de plus plus commun. La mairie de Cannes a donc fait le choix lundi 29 juin, de réguler la vente et de sanctionner la consommation de ce composé chimique à travers deux arrêtés.

D'une part, la consommation de "proto" devient formellement interdite sur la voie publique. D'autre part, la vente de gaz hilarant à un mineur devient punissable. Dans les deux cas, les fautifs s'exposent à une amende de 38€. Ces arrêtés prennent effet jusqu'au 30 septembre.

David Lisniard, maire de Cannes, justifie sa prise de position auprès de Nice-Matin : "Ce produit a des conséquences nuisibles sur la santé des consommateurs et notre environnement par les déchets des cartouches de gaz et des ballons que nous trouvons en grand nombre dans les caniveaux". 

Des effets euphorisants dangereux

Commercialisées comme gaz propulseur pour les bouteilles de chantilly notamment, ces bonbonnes sont souvent utilisées à des fin récréatives. Ses effets euphorisants, comparables à ceux de l'ivresse, ne sont pas sans danger pour celui qui en consomme. 

À lire aussi
De la cocaïne (illustration) Mexique
Mexique : de la cocaïne retrouvée dans les toilettes d'un avion

Il existe des risques immédiats. Ceux-là peuvent apparaître quelques minutes après inhalation : asphyxie par manque d'oxygène, risque de chute ou encore de brûlure par le froid du gaz expulsé des cartouches. Les effets secondaires ne sont pas moindres : nausées, vomissements, vertiges, maux de tête, pertes de mémoire mais aussi des risques de détresse respiratoire pouvant provoquer la mort.

David Lisniard entend combler le vide juridique qui existe au sujet du protoxyde d'azote. "On se retrouve face à un vide juridique. En attendant une loi, le maire a préféré prendre les devants alors que nous voyons le phénomène se généraliser ", explique à 20 Minutes Yves Daros, directeur de la municipale. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Drogue Cannes Alpes-Maritimes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants