Attentats à Bruxelles : les derniers éléments de l'enquête au lendemain des attaques terroristes

ÉCLAIRAGE - L'Europe se réveille une nouvelle fois meurtrie, après les attentats perpétrés à Bruxelles. Selon les derniers éléments de l'enquête, trois kamikazes ont été identifiés. Il s'agit des frères El Bakraoui et Najim Laachraoui.

Des militaires en patrouille quelques instants après les attentats qui ont touché Bruxelles, le 22 mars 2016.
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Des militaires en patrouille quelques instants après les attentats qui ont touché Bruxelles, le 22 mars 2016.

C'est le jour d'après. La Belgique se réveille meurtrie ce mercredi 23 mars. La veille, la panique et le chaos régnaient dans Bruxelles après que la capitale ait essuyé des attaques terroristes. Tout a commencé à 7h58 à l'aéroport de Zanventem où une double explosion a éclaté, précédée de tirs. Une heure plus tard, c'est au tour du cœur de la ville d'être frappé. La station de métro Maelbeek qui se trouve à proximité de la Commission européenne et du Parlement européen, est victime d'une explosion. Selon un dernier bilan, ces attaques ont fait une trentaine de morts et plus de 270 blessés, dont dix Français. Quatre sont gravement blessés.

La Belgique entre dans trois jours de deuil national. Les messages de soutien se sont multipliés sur les réseaux sociaux avec de nombreux dessins en hommage aux victimes diffusés. Le dessin du Monde, réalisé par Plantu, montre un drapeau français humanisé, consolant un drapeau belge. En bas se trouvent les dates des attentats de Paris et ceux de Bruxelles. La solidarité s'est aussi organisée à travers des hashtags : #OpenDoors et #PortesOuvertes ont repris du service, ainsi que #JeSuisBruxelles.  

Un "attentat-suicide" perpétré, la photo des suspects diffusée

Quelques heures après les attentats, la photo de trois suspects a été diffusée par les médias belges. On y voit trois hommes poussant un chariot à bagages au sein de l'aéroport international de Bruxelles. L'image provient des caméras de surveillance. Les deux hommes vêtus de noir portent des gants, qui pourraient cacher un détonateur. Le procureur fédéral belge, Frédéric Van Leew, a déclaré qu'ils ont "probablement commis un attentat suicide" et sont donc probablement morts. Les images tournées après les explosions sont apocalyptiques. Fumée, poussière, décombres, mouvement de panique… Le plafond de l'aéroport s'est effondré, les vitres ont été brisées par le souffle de l'explosion et la façade est éventrée.

"Ils sont venus en taxi (...), leurs bombes étaient dans les valises. Ils ont mis leurs valises dans des chariots. Les deux premières bombes ont explosé", a indiqué le maire de la commune de Zaventem, Francis Vermeiren. Il poursuit en expliquant que le "troisième a aussi mis sa valise sur un chariot mais il a dû paniquer, elle n'a pas explosé". Les autorités ont d'ailleurs retrouvé une troisième bombe qui n'avait effectivement pas explosé. Elle a été découverte sur les lieux de l'attaque et a pu être détruite par des experts artificiers. 

Les frères Bakraoui en lien avec Salah Abdeslam ?

Deux kamikazes ont été identifiés comme étant les frères El Bakraoui. Il s'agirait de Khalid et Ibrahim, deux Bruxellois, soupçonnés d'avoir loué des planques en Belgique pour les commandos des attentats de Paris. Ils sont connus des services de police pour des faits de braquage. 

Khalid El Bakraoui a été reconnu comme étant le kamikaze qui a attaqué la station de Maelbeek. Ses empreintes permis de l'identifier. Selon la RTBF, il aurait loué l'appartement de Forest. Une perquisition qui avait dégénéré en fusillade y avait été menée par les forces de l'ordre. C'est dans cet appartement que des empreintes ADN appartenant à Salah Abdeslam avaient été retrouvées. Concernant les attentats du 13 novembre de Paris et Saint-Denis, Khalid El Bakraoui avait loué, sous une fausse identité, un appartement à Charleroi qui aurait servi de dernière planque aux commandos.

Son frère, Ibrahim El Bakraoui, a été identifié comme l'un des deux kamikazes à l'origine des explosions au sein de l’aéroport. C'est donc lui qui se trouve au milieu des trois suspects. Âgé de 30 ans, il a été condamné à neuf ans de prison à Bruxelles pour avoir tiré sur des policiers à la Kalachnikov, lors d'un braquage en 2010, rapporte La dernière heure

La confirmation de la participation des frères El Bakraoui aux attentats de Bruxelles établit un lien direct entre le réseau à l'origine des attentats de Paris et ceux de mardi à Bruxelles. Elle renforce les inquiétudes sur la capacité des réseaux jihadistes belges à continuer à mener des attentats sanglants malgré le renforcement des mesures de sécurité à travers l'Europe et la pression policière qui s'est considérablement renforcée depuis les attentats de Paris. 

Najim Laachraoui, le deuxième kamikaze de l'aéroport

Désormais, toute l'enquête se porte autour du troisième homme présent sur le cliché des caméras de surveillance. Vêtu d'un manteau blanc, d'une chemise claire et d'un chapeau noir sous lequel il porte des lunettes, il est suspecté d'avoir participé à l'attaque. Un avis de recherche a été diffusé par les autorités belges. Dans un document détaillé, que s'est procuré RTL, il est décrit comme étant un homme d'origine turque, âgé de 22 ans. Il est propriétaire d'une Audi S4 noire immatriculée en Belgique. Ce modèle ancien est activement recherché par les autorités. Le sac du troisième homme "contenait la charge la plus importante", a-t-il expliqué. Elle a explosé plus tard que prévu "après l'arrivée du service de déminage", sans faire de victimes.

C'est donc une véritable chasse à l'homme qui s'est déroulée, à peine quatre jours après l'arrestation de Salah Abdeslam, logisticien des attentats du 13 novembre dernier. Najim Laachraoui, alias Soufiane Kayal a été identifié comme étant le deuxième kamikaze de l'aéroport de Bruxelles. Il était aussi recherché dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre. Certaines pistes évoquent le fait qu'il aurait été l'artificier des attaques parisiennes.

Un testament retrouvé lors d'une perquisition à Schaerbeek

L'enquête a connu un coup d'accélération avec une perquisition menée à Bruxelles. Un engin explosif contenant des clous, ainsi que des produits chimiques et un drapeau de Daesh, ont été découverts. "Les perquisitions qui ont eu lieu à Schaerbeek ont mené à la découverte d'un engin explosif contenant entre autre des clous, précise un communiqué du parquet. 

Ibrahim El Bakraoui serait l'auteur d'un testament, retrouvé dans un poubelle lors de la perquisition. Il y explique "ne plus savoir quoi faire", "être recherché de partout" et "ne plus être en sécurité", selon les informations communiquées par le procureur belge, Frédéric Van Leeuw. L'homme qui a été identifié, comme étant le kamikaze de l'aéroport, ajoute : "S'ils s'éternisent, ils risquent de terminer à côté de lui dans une cellule". "Lui" semble faire référence à Salah Abdeslam, arrêté à Molenbeek. Les policiers ont aussi fait la découverte de 15 kilos d'explosif de type TATP, ainsi que 150 litres d'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs, des clous et des vis.

Des attentats revendiqués par Daesh

Daesh a revendiqué officiellement ces attaques. "Une cellule secrète des soldats du califat (...) s'est élancée en direction de la Belgique croisée", affirme le communiqué, accusant ce pays de n'avoir "cessé de combattre l'islam et les musulmans". La revendication s'est faite via "Amaq News Agency", le canal privilégié par le califat autoproclamé pour diffuser ses informations.

Il n'a été découvert que fin novembre 2015 par Vocativ, un site spécialisé dans les recherches dans le "web profond", qui échappe aux radars de Google. Bien qu'Amaq ne soit pas "officiellement" lié à Daesh, il est toujours le premier à annoncer que l'organisation terroriste revendique telle ou telle attaque. C'est notamment Amaq qui avait annoncé la tuerie de San Bernardino, qui avait eu lieu aux États-Unis début décembre.

La rédaction vous recommande


VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782502736
Attentats à Bruxelles : les derniers éléments de l'enquête au lendemain des attaques terroristes
Attentats à Bruxelles : les derniers éléments de l'enquête au lendemain des attaques terroristes
ÉCLAIRAGE - L'Europe se réveille une nouvelle fois meurtrie, après les attentats perpétrés à Bruxelles. Selon les derniers éléments de l'enquête, trois kamikazes ont été identifiés. Il s'agit des frères El Bakraoui et Najim Laachraoui.
http://www.rtl.fr/actu/international/attentats-a-bruxelles-les-derniers-elements-de-l-enquete-au-lendemain-des-attaques-terroristes-7782502736
2016-03-23 09:59:00
http://media.rtl.fr/cache/OG_Aciier2is--e8zeDlSA/330v220-2/online/image/2016/0323/7782505444_des-militaires-en-patrouille-quelques-instants-apres-les-attentats-qui-ont-touche-bruxelles-le-22-mars-2016.jpg