3 min de lecture Olympique de Marseille

Tapie-Fratani : ce qu'il faut savoir sur les dernières révélations

ÉCLAIRAGE - Achat d'arbitres, de joueurs, accords secrets en politique... L'ancien collaborateur de Bernard Tapie, Marc Fratani, a décidé de régler ses comptes.

Bernard Tapie le 27 septembre 2018 à Liège, en Belgique
Bernard Tapie le 27 septembre 2018 à Liège, en Belgique Crédit : Emmanuel DUNAND / AFP
Camille Schmitt
Camille Schmitt
Journaliste

Bernard Tapie est plus qu'agacé. Son ancien chauffeur et assistant personnel, Marc Fratani, règle ses comptes avec son ancien patron, lors d'un entretien au journal Le Monde samedi 2 mars. Il l'accuse notamment de faits de corruption, sur la période où l'homme d'affaires était à la tête de l'Olympique de Marseille, entre 1986 et 1994. Des propos qu'il a réaffirmé ce lundi 3 mars sur RTL

Et ça n'est pas du goût de Bernard Tapie. Dimanche 3 mars, invité de BFMTV, il s'est agacé des questions insistantes de la journaliste sur cette affaire et a menacé de quitter le plateau. "Je peux me lever et partir si vous voulez", a-t-il dit. Bernard Tapie est finalement resté jusqu'au bout de l'émission. 

Mais ce lundi 4 mars dans la matinée, Bernard Tapie a bel et bien claqué la porte. Interrogé sur Europe 1 sur les révélations de son ancien collaborateur, il a d'abord déclaré : "Je suis venu parler de mon procès et de ce qui se passe dans le pays". Avant de quitter le studio précipitamment, refusant d'aborder à nouveau le sujet. "Je ne vous répondrai pas, et vous ne serez pas la première. Allez, au revoir", a-t-il lancé. 

L'affaire VA-OM à nouveau sur le tapis

C'est que les faits dont l'accuse Marc Fratani font écho à une autre affaire, qui a terni le mandat de Bernard Tapie à la tête du club marseillais. En mai 1993, Valenciennes révèle que le dirigeant de l'OM a tenté d'acheter plusieurs joueurs du club, 6 jours seulement avant la Coupe d'Europe. Des faits pour lesquels Bernard Tapie a déjà été condamné : 2 ans de prison dont un ferme. Il a toujours affirmé avoir été condamné à tort. 

À lire aussi
Les Marseillais célèbrent leur victoire face à Lyon, dimanche 10 novembre Ligue 1 Conforama
OM-OL : les Marseillais gagnent le choc et se hissent à la 2e place du classement

Marc Fratani, dans les colonnes du Monde, revient sur cette affaire. Selon lui, il était présent "le jour où il a demandé que 250.000 francs [plus de 50.200 euros] soient versés à [Jean-Pierre] Bernès [directeur sportif du club, NDLR] avant qu'il s'en aille à Valenciennes. Tapie a bien été le commanditaire de l'acte de corruption".

Accusation d'achat d'arbitre d'un match PSG-OM

Le "Corse-marseillais", comme il est surnommé, révèle également avoir "participé à un achat d'arbitre". "C'était pour un match contre le Paris Saint-Germain, à Paris. Le lendemain de la rencontre, je suis allé lui remettre dans un endroit discret ce qui était convenu", décrit-il au Monde. Il a ensuite nuancé cette déclaration sur RTL : "J'ai participé à lui donner ce qui était convenu de lui donner [à l'arbitre, NDLR]. Le seul qui avait la capacité à l'OM d'acheter les arbitres et les joueurs c'est monsieur Jean-Pierre Bernès."

Marc Fratani décrit également les méthodes utilisées à l'époque selon lui pour affaiblir les équipes adverses. "On déstabilisait aussi l'adversaire en utilisant des psychotropes : du Haldol, un anesthésiant. À l'aide de seringues à aiguilles ultra fines, le produit était injecté à l'intérieur de bouteilles en plastique", affirme-t-il.

Contacté par RTL, Bernard Tapie a dit vouloir "demander aux tribunaux de se saisir des déclarations" de Marc Fratani, "pour connaître le nom de l'arbitre" qui aurait été acheté. Il a ajouté les affaires de corruption liées à l'OM ne le "concernent plus". "On est chez les fous", a-t-il réagi.

Un accord secret avec Jean-Marie Le Pen ?

Lors de sa carrière politique aussi, Bernard Tapie aurait des choses à se reprocher, selon Fratani. Celui-ci assure que l'homme d'affaires aurait essayé de négocier des arrangements électoraux avec Jean-Marie Le Pen en 1993. D'après lui, il l'aurait rencontré entre les 2 tours des législatives de cette année là, un rendez-vous auquel il aurait conduit personnellement son patron.

Jean-Marie Le Pen lui-même a confirmé ces accusations ce lundi 4 mars sur RTL. "Il est monté à mon bureau et il m'a demandé de maintenir mon candidat au deuxième tour de l'élection législative où il était lui même candidat", a affirmé l'ancien président du Front National. Bernard Tapie visait ainsi une triangulaire lui permettant de remporter la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône.

Face à toutes ces accusations, il a demandé à Marc Fratani d'apporter les preuves de ce qu'il avance, et assure qu'il va porter plainte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Olympique de Marseille Corruption Bernard Tapie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants