2 min de lecture Paris Saint-Germain

PSG : l'avenir de Tuchel, Al-Khelaïfi et même Verratti sera décidé à Doha

ÉCLAIRAGE - Le passé récent l'a montré : les plus hauts dirigeants du Qatar sont capables de prendre des décisions unilatérales concernant le club de la capitale.

Nasser Al-Khelaïfi et Thomas Tuchel à Doha le 2 janvier 2019
Nasser Al-Khelaïfi et Thomas Tuchel à Doha le 2 janvier 2019 Crédit : Karim JAAFAR / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et Nicolas Georgereau

Quelles seront les conséquences de cette saison 2018-2019 au goût d'inachevé, une fois de plus, au Paris Saint-Germain ? Trois jours après la défaite face à Rennes en finale de Coupe de France (6 tirs au but à 5) la question agite toujours le monde du football, et cela risque de durer encore quelques semaines.

La réponse dépendra entièrement de l'ampleur du désarroi ressenti au Qatar. Le président du club depuis la reprise par le fonds d'investissement QSI en 2011, Nasser Al-Khelaïfi, a déjà sauvé sa tête à plusieurs reprises. Sa proximité avec l'Émir Tamim ben Hamad Al Thani semble encore un atout de taille. Mais l'autre déception engendrée par l'élimination en 8es de finale de Ligue des champions a peut-être modifié la donne. 

L'entraîneur Thomas Tuchel, lui, sait qu'il ne maîtrise pas tout. À peine un an après son arrivée à la place d'Unai Emery, l'Allemand n'a pas l'assurance d'être sur le banc parisien la saison prochaine. "Je suis dans l'organigramme mais je ne suis pas le gars qui donne l'organigramme", a-t-il souligné lundi 29 avril en conférence de presse à la veille d'un match à Montpellier. Je m'adapte à tous les scénarios, je donne mon meilleur et ça c'est mon job".

Doha a choisi Tuchel et viré Blanc

Le passé récent l'a montré : Doha est capable de prendre des décisions unilatérales. La nomination de Tuchel en est le parfait exemple. C'est le consul du Qatar en Allemagne qui avait soufflé son nom à l'un des frères de l'Émir, qui a validé le profil en dépit des autres noms proposés par la direction du club.

À lire aussi
Neymar avec le Brésil le 13 octobre 2019 à Singapour Paris Saint-Germain
PSG : Neymar absent quatre semaines pour une blessure aux ischios-jambiers

Autre exemple de l'influence du petit émirat sur le club de la capitale, l'épisode Laurent Blanc, en 2016. Conforté à son poste au soir de la finale de la Coupe de France remportée face à l'Olympique de Marseille (4-2), le coach français avait été prié de faire ses bagages trois semaines plus tard car Doha avait décidé de changer de cap.

Thiago Silva, Verratti et Cavani sacrifiés ?

La nouveauté, cette saison, réside dans le coup de balai qui va sans doute toucher l'effectif : aux quatre à cinq joueurs déjà poussés vers la sortie (Thomas Meunier, Christopher Nkunku, Layvin Kurzawa, Stanley Nsoki...) pourraient s'ajouter des leaders, des cadres, comme Thiago Silva, Marco Verratti ou Edinson Cavani. Cela ressemblerait à un séisme.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Saint-Germain Thomas Tuchel Nasser Al-Khelaïfi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants