2 min de lecture Racisme

PSG-Basaksehir : "Une faute qui relève d'une discrimination", explique Christian Ollivier

ÉDITO - "Désigner une personne par sa couleur, dans n'importe quelle situation quotidienne, de surcroit lorsqu'on représente une institution", n'est pas une maladresse, explique le chef du service des sports de RTL.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
PSG-Basaksehir : "Une faute qui relève d'une discrimination", explique Christian Ollivier Crédit Image : FRANCK FIFE / AFP | Crédit Média : Christian Ollivier | Durée : | Date : La page de l'émission
Christian Ollivier
Christian Ollivier édité par Gregory Fortune

L'histoire retiendra sans doute la date du mardi 8 décembre 2020. Pour la première fois, deux équipes de football ont cessé de jouer d'un commun accord. Le match de Ligue des champions entre le PSG et le Basaksehir Istanbul s'est arrêté à la 13e minute, sur ce qui restera l'incident de trop. Un arbitre délégué roumain qui a désigné l'entraineur adjoint du club turc comme "le noir". Doit-on parler de racisme ou de maladresse ?

Poser la question c'est être obligé d'y répondre en étant définitif, ce que je me garderai de faire avant même les conclusions de l'enquête diligentée par l'UEFA. Et évoquer cette enquête, c'est imaginer déjà, pour certains, des résultats orientés qui adouciraient la responsabilité de ce quatrième arbitre, ce qui reste d'ailleurs à démontrer car la sanction pourrait être exemplaire. 

Par conséquent, entre l'accuser de racisme primaire, le jeter aux chiens ou l'exonérer des fautes commises, il y a un juste milieu à observer dans l'analyse à chaud, et le temps d'une procédure à respecter. "Negru", "noir" en Roumain, traduction littérale du mot lancé par Sebastian Coltescu à son compatriote arbitre principal pour désigner l'entraineur adjoint du club turc, le Camerounais Pierre Webo, au comportement jugé vindicatif, est inacceptable

Pas une maladresse mais une faute qui relève d'une discrimination

Christian Ollivier
Partager la citation

Même pris dans le feu de l'action, même à l'attention d'une seule personne, même dans sa langue maternelle : désigner une personne par sa couleur, dans n'importe quelle situation quotidienne, de surcroit lorsqu'on représente une institution, qu'on en porte le survêtement officiel, celui de l'UEFA dont au passage la langue officielle est l'Anglais, n'est pas une maladresse mais une faute qui relève d'une discrimination. 

À lire aussi
sondage
PSG-Bayern : pour 52% des Français et 72% des amateurs, Paris a franchi un palier

Le retour aux vestiaires des deux équipes en signe de protestation fera date dans le football. Cet incident va-t-il constituer le début d'une vague de révolte semblable au mouvement "Black Lives Matter", avec le symbole du genou à terre, mais qui concerne le racisme dans le football ? L'avenir le dira.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Racisme Paris Saint-Germain Ligue des champions
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants